Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 novembre 2016

Réunions d'information syndicale du SNUDI FO

Au premier trimestre 2016-2017, le SNUDI FO 50 organise des RIS spéciales "réforme des carrières et de l'évaluation" :
 
- Cherbourg-en-Cotentin mardi 22 novembre à partir de 16h30 ;
 
- Saint-Lô : mardi 29 novembre à partir de 16h30 (ESPE salle C14), ouverte à tou(te)s (stagiaires et titulaires) ;
 
- Avranches : mardi 6 décembre à partir de 16h30 (école Pierre Mendès-France).


Participer à l'une de ces RIS comptera pour le premier trimestre, la réunion peut être décomptée soit d'une animation pédagogique, présentiel au choix (à venir en 2016-2017 ou le jour même de la RIS), soit de la 2e demi-journée de solidarité.
Prévenir l’IEN 48h à l’avance par email (modèle de lettre téléchargeable ci-dessous). Si possible, prévenir le formateur.
LE SNUDI FO organisera d’autres RIS, aux 2e et 3e trimestres.

 

Pour aviser l'IEN de votre participation à une RIS du SNUDI FO 50 :

Modele complet RIS snudifo50 - site.doc

LSUN

Les nouvelles modalités d’évaluation des élèves dégradent les conditions de travail,
portent atteinte à la liberté pédagogique individuelle et désorganisent les écoles.
Le SNUDI-FO en demande la suspension immédiate.

Ce qui est obligatoire dès cette année dans notre document 4 pages ci-dessous :

LSU - Spécial 4 pages FO.pdf

A propos du LSU(N), consultez le communiqué FO du 23 novembre 2016 :

LSUN - Communiqué FO.pdf

17 novembre 2016

CTSD de bilan de rentrée 2016

Lire la déclaration des élus FNEC FP FO de la Manche:

- sur les écoles

- sur les collèges

 

 

Ci-dessous notre compte rendu (à venir) :

 

- l'administration prétend défendre les écoles en supprimant à terme les RPI déconcentrés

- point sur les EVS d'aide à la direction d'écoles

- listes d'attente pour les ULIS, IME, etc.

Promotion à la HC : opacité totale. PPCR aggravera encore la situation

Le SNUDI-FO national a été reçu le 20 octobre par les responsables du 1er degré de la DGRH du ministère de l’Education nationale pour avoir des informations précises sur le nombre de promus à la hors classe par département, la manière dont sont calculés les contingents et lesprojections pour l’avenir.
L’examen des contingents 2016 avait en effet fait apparaître des taux inférieurs à 5 % des promouvables dans plusieurs départements et même un nombre inférieur de promus par rapport à 2015 dans un département alors que le taux de promouvables était passé de 4,5% à 5 %.

La règle générale

Le contingent annuel de promus à la hors-classe des PE est calculé pour chaque académie par le ministère qui transmet ce nombre aux recteurs avec des propositions de répartition par département. Les recteurs ont la possibilité de suivre ou de ne pas suivre les recommandations qu’ils reçoivent sachant que le contingent académique est insusceptible de modifications.

5 % pour l’année 2016 : beaucoup de zones d’ombre !

Les 5% de promus correspondent au pourcentage de PE de la classe normale du 7ème au 11ème échelon. Mais ce pourcentage n’est pas strictement appliqué. Il peut être modulé suivant le poids des PE au 11ème ou au 10ème échelon dans chaque académie, puis dans chaque département de l’académie. Par conséquent le taux de promu devrait dépasser les 5% dans les académies où la proportion de PE au 10ème et 11ème échelon est importante. C’est là que les zones d’ombre commencent à apparaître :

  • Malgré la demande insistante de la délégation, aucune information n’a été donnée sur les académies ayant bénéficié d’un contingent de promus égal, supérieur ou inférieur à 5% des promouvables au motif déclaré que le ministère ne travaillait qu’à partir de « projections  » ;
  • Sur les règles appliquées pour déterminer une majoration ou une minoration du nombre de promus, aucune explication n’a été transmise ;
  • Sur le fait de savoir si les rectorats suivaient ou pas les propositions de répartition par département communiquées par le ministère, aucun renseignement ne semble remonter dans les services de l’administration centrale.
    Bref, c’est l’opacité totale.

Le SNUDI-FO constate que dans plusieurs départements les contingents de promus sont inférieurs à 5 % sans qu’il ait connaissance de départements dans la situation inverse. Ainsi dans la Somme où le nombre de promus 2016 était inférieur à 2015 (101 au lieu de 108), le ministère justifie cette diminution, non pas par une situation en 2015 où le poids des 11ème et 10ème échelons justifiait un nombre moins important de promotions en 2016 mais par une erreur commise au niveau du nombre de promouvables en 2015. Il y aurait eu des « doublons », c’est-à-dire que des enseignants auraient été comptabilisés deux fois.

Le SNUDI-FO est en attente d’un courrier de la DGRH sur ce dossier précis, d’autant plus que le même phénomène s’était produit en 2014.
Sur l’ensemble de ce dossier, le SNUDI-FO ne peut pas se satisfaire de telles réponses. Il alerte la ministre sur cette situation.

Pour l’avenir, PPCR aggrave encore la situation

Le SNUDI-FO a également abordé la situation du passage des PE à la hors-classe pour les années qui viennent.
Le ministère a indiqué que le contingent de passage à la hors-classe atteindrait 5,5% en 2017. Il a également précisé qu’à partir de 2018, dans le cadre de PPCR, les bonifications de points pour les enseignants en REP, REP + et pour les directeurs n’existeraient plus.
Seuls seraient prises en compte l’appréciation et la durée dans la plage d’appel de passage à la hors- classe, conformément à PPCR. La plage d’appel équivaut à la durée entre le 9ème échelon et 2 ans d’ancienneté du candidat et le moment où sa situation est examinée pour sa promotion.

La délégation syndicale a dressé le tableau de la situation actuelle où étaient promus des PE à la hors classe qui provenaient en majorité du corps des instituteurs, mais commençaient également à l’être des PE issus de l’IUFM titularisés au début des années 90. Ainsi étaient promus à la hors classe des enseignants avec près de 40 ans d’ancienneté et d’autres avec 20 ans d’ancienneté. Cette information a surpris les représentants du ministère pour qui les PE issus de l’IUFM n’avaient atteint que le 9ème échelon alors que plusieurs parviennent déjà au 11ème échelon.

Le SNUDI-FO a indiqué que des PE ex-instits partent encore à la retraite sans avoir atteint la hors- classe. Cette situation perdurera plusieurs années si la ministre ne prend pas des mesures spécifiques pour que les PE atteignent la hors classe avant la retraite.

Dans ces conditions l’engagement du dispositif PPCR que tous les PE gravissent les deux premiers grades (classe normale et hors-classe) de leur corps dans leur intégralité n’est qu’une vague promesse. La délégation a dénoncé le fait que le barème de passage à la hors-classe ne prenait pas en compte l’AGS des promouvables.

Les représentants du ministère ont bien entendu l’argumentation développée qui allait engendrer encore plus d’injustice au niveau des promotions à la hors-classe pour les PE dans les années qui viennent avec un barème basé sur l’évaluation PPCR consécutive à un entretien de carrière et un nombre nettement insuffisant de possibilités de passage dans le nouveau grade.

Le SNUDI-FO invite tous les Syndicats départementaux à demander aux autorités académiques la liste nominale des promouvables à la hors classe.

Montreuil, le 02 novembre 2016

Des postes à profil en zone rurale et de montagne

La ministre cherche à multiplier les postes à profil au détour de la note de service sur le mouvement intra départemental

 

La ministre a publié le 11 octobre 2016 une instruction ministérielle n° 2016-155 concernant « les écoles situées en zone rurale et de montagne » - (BO n° 37).
Celle-ci indique en fin de paragraphe 1-c : « la qualité pédagogique des petites structures scolaires isolées, en particulier les classes uniques, constitue un point d’attention : il est recouru autant que possible, aux postes à profil pour le recrutement dans les écoles des personnels enseignants ».

Ainsi au détour d’une phrase, cette instruction...

lire la suite : postes_a_profil rural montagne SNUDIFO-02-11.pdf

 

L'instruction ministérielle est consultable ici : MENE1629443J - PEL-Rurales et montagnes.pdf

Spéciale inclusion

Le SNUDI FO prend acte de la volonté du Ministère et de l'IA d'installer l'inclusion dans les habitudes des PE. Nous pensons qu'il faut aussi permettre de parler à tous les niveaux des problèmes que peut poser l'inclusion dans le contexte d'austérité et d' "autonomisation" de l'Education nationale et de mise en cause des établissements spécialisés. Professeurs des écoles, vous êtes malheureusement de plus en plus nombreux à être confrontés quotidiennement à des effets collatéraux qui touchent les élèves, et les conditions de travail des personnels. Rapprochez-vous du syndicat pour toute question relative à l'inclusion.

Brochure 4 pages inclusion_scolaire_2016.pdf

Projet de fusion du CAPA-SH et 2-CAPA-SH en CAPPEI : Lettre d'Hubert Raguin à Najat Vallaud Belkacem.pdf

SNUDI FO - Communiqué ASH.pdf

08 novembre 2016

Vidéo discours d'Hubert Raguin.

Discours en vidéo d'Hubert Raguin, Secrétaire général de la Fédération Enseignement Culture Formation Professionnelle FO au Congrès de Gravelines.

SFT ; postes adaptés...

Supplément familial de traitement 2016-2017 : pièces justificatives à joindre pour éviter la suspension du versement avec effet au 1er octobre 2016 : Rappel du Saged à télécharger ici.

 

Circulaire relative au dispositif concernant les personnels demandant une affectation sur postes adaptés pour l'année 2017/2018 département de la Manche : la circulaire du 24 octobre 2016.

25 octobre 2016

Calendrier des mutations interdépartementales pour 2017.

Pour toute question, pour les statistiques, contactez le syndicat de la Manche par email snudifo50@gmail.com ou par téléphone 0782972581 .

 Calendrier de gestion de la phase interdépartementale

Date

Action

Jeudi 10 novembre 2016

Publication de la note de service au BOEN

Lundi 14 novembre 2016

Ouverture de la plateforme «Info mobilité»

Jeudi 17 novembre 2016 à 12 heures (heure métropole)

Ouverture des inscriptions dans l'application S.I.A.M. dans les départements

Mardi 06 décembre 2016 à 12 heures (heure métropole)

Clôture des inscriptions dans l'application S.I.A.M et fermeture de la plateforme
«Info mobilité»

A partir du

mercredi 07 décembre 2016

Dans les services départementaux :

Envoi des confirmations de demande de changement de département dans la boîte électronique I-Prof du candidat

Vendredi 16 décembre 2016 au plus tard

Retour des confirmations de demande de changement de département et des pièces justificatives dans les directions des services départementaux de l’éducation nationale

Jusqu’au mercredi 1er février 2017

Date limite de réception par les services des demandes tardives pour rapprochement de conjoints ou des demandes de modifications de la situation familiale

mercredi 1er février 2017 au plus tard

. Contrôles et mises à jour des listes départementales de candidatures

. Vérification des vœux et barèmes

. Examen des demandes de bonification exceptionnelle au titre du handicap

Entre le jeudi 02 février 2017

et le lundi 06 février 2017

Ouverture de l’application S.I.A.M aux enseignants pour la consultation des barèmes validés par l’IA-DASEN

Mardi 07 février 2017

Transfert des fichiers départementaux au service informatique de l’administration centrale

À partir du

vendredi 10 février 2017

Au ministère de l'Éducation nationale (DGRH B2-1) :

. Contrôle des données par les services centraux

. Traitement des demandes de mutations

Lundi 06 mars 2017

. Diffusion individuelle des résultats aux candidats à la mutation

 

18 octobre 2016

XIIe Congrès du SNUDI FO à Gravelines

Résolution générale du XIIe Congrès du SNUDI FO réuni à Gravelines dans le cadre du XVIIe Congrès de la FNEC FP FO : SNUDI FO RÉSOLUTION GÉNÉRALE Gravelines 2016.pdf

12 septembre 2016

Grève interprofessionnelle du 15 septembre : l'intersyndicale ne lâche rien

drapeau-nous ne lachons rien 15-09-16.jpg

 Déclaration de grève à envoyer jusqu'à mardi 13 à 9h (marche à suivre : cliquer ici ).

tract.JPG

 

02 septembre 2016

CTSD d'ajustement de la rentrée 2016

Le DASEN rouvre une bonne partie des postes qu'il avait fermés en février, lire notre compte rendu et les mesures dans le fichier pdf ci-dessous :

CTSD ajustements de rentrée 2016.pdf

04 juillet 2016

Loi El Khomri : Rassemblement 5 juillet.

Le souffle ne nous manque pas

2016-07-05 Rassemblement loi travail.jpg

 

29 juin 2016

Votation citoyenne #LoiTravail

26 juin 2016

Quand la CFDT défendait les accords de branche

23 juin 2016

CTM du 16 juin : le Ministre impose son projet de décret malgré 10 votes contre sur 15.

Comité technique ministériel du 16 juin :

Projet de décret modifiant le décret de 2008 des PE

La ministre passe outre le vote contre majoritaire de 10 voix sur 15 FO, FSU, CGT, FGAF…

C’est la méthode du 49-3 !

 

La ministre étend les obligations de service des PE au-delà des 36 semaines de classe sur toute l’année

Le décret proposé inscrit notre temps de service sur « l’année scolaire » nouvellement définie comme s’étendant « du jour de la rentrée des élèves au jour précédent la rentrée suivante ».

C’est la logique qui a présidé au décret Hamon pour nos collègues du 2nd degré.

Ainsi tous les enseignants du 1er degré pourraient se voir imposer une amplitude de travail au-delà des 36 semaines de classe actuelles, sur la totalité de l’année, par le biais de la multiplication de situations dérogatoires déjà prévues par plusieurs décrets pour avancer vers la mise en place des 1 607 heures annualisées.

 

Une emprise plus grande du PEdT (article 3) à travers la mention explicite du POJET D’ECOLE, qui, de son côté, est régit par des circulaires qui renvoient au PEDT… Ce renforcement des territoires dans le service public d’éducation, prôné dans le récent rapport Cartron sur les rythmes, c’est la logique de l’inversion de la hiérarchie des normes du projet de loi El Khomri rejeté par la majorité de la population et dont FORCE OUVRIERE demande le retrait avec la CGT, la FSU, SUD, l’UNEF, l’UNL et la FIDL.

 

La multiplication sans fin des tâches dans le cadre des 108 heures annualisées : Si la plupart de ces missions figuraient dans la circulaire ministérielle de 2008 sur les 108 heures, assimilables à de simples recommandations, leur inscription dans le décret leur retire toute souplesse dans l’exécution pour les rendre contraignantes.

 

Les enseignants de pénitentiaire et en ESMS se voient imposer 108h supplémentaires (les 108 heures annualisées) sans aucune contrepartie financière : le Ministère adopte la logique du nivellement par le bas.

 

Une multiplication de sous-catégories territorialisées : une nouvelle catégorie de PE qui pourrait « exercer des missions particulières », définies « à l’échelon académique ou départemental» et bénéficier « d’un allègement de leurs obligations de services », lui aussi défini localement sans critère précis.

 

Malgré le vote contre FO ; FSU ; CGT et FGAF (seuls l’UNSA et la CFDT votant pour), la ministre a décidé de publier le décret.

Pour le SNUDI-FO, la décision ministérielle s’inscrit dans l’attitude plus générale du gouvernement qui décide de passer outre la volonté des salariés, des fonctionnaires, voire de la majorité de la population, en cherchant à graver dans le marbre la remise en cause du code du travail, du statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers, notamment celui des enseignants du 1er degré.

Le rectorat de Créteil expérimentation

des classes à double-niveau CM2/6ème !

 ABANDON de ce projet !

Respect des statuts particuliers

des Professeurs des Écoles et des Professeurs de Lycées et Collèges !

Non au corps unique qui signifierait la remise en cause des droits de tous !

Exemple dans un collège, les élèves de 6ème auraient donc, par semaine, 4h de français (sur 4h30), 3h de Maths (sur 4h30), 1h d’anglais (sur 4h), 2h de sciences (sur 4h) et 2h d’enseignements artistiques (sur 2h) en commun avec les CM2…

La FNEC-FP FO Créteil alerte les personnels sur la signification de la mise en place de telles expérimentations pilotées directement par le rectorat. Celles-ci s’insèrent pleinement dans la mise en œuvre de la réforme des collèges dont nous exigeons l’abrogation.  Elles contiendraient, de fait, la remise en cause des statuts particuliers des professeurs du second degré qui prévoient qu’ils enseignent des connaissances disciplinaires à des élèves de collèges et lycées. Elles entraîneraient, de fait, une multiplication de réunions de «concertation» pour  les collègues. Ainsi, avec un tel projet, comment concilier les 24 heures hebdomadaires d’enseignement des professeurs des écoles avec les 18 heures des certifiés, au moment où la ministre de la fonction publique vient de publier un rapport sur le temps de travail des fonctionnaires (dans lequel est pointé le fait que les fonctionnaires ne feraient pas assez d’heures !!!) ?

Aux garanties statutaires définies nationalement par décret, ce projet oppose la définition locale des obligations réglementaires de service fixée par le conseil d’administration ou le «conseil école-collège». A la liberté pédagogique individuelle dans le cadre de programmes et horaires nationaux, il oppose l’obligation de s’insérer dans des projets pédagogiques locaux.

C’est la logique des projets éducatifs de territoire (PEdT) insérés dans la réforme des rythmes scolaires du 1er degré. C’est aussi la logique du projet de loi Travail rejeté par les salariés du privé et du public qui unissent leurs forces pour en exiger le retrait. C’est la logique de l’inversion de la hiérarchie des normes qui pulvérise les droits collectifs attachés au code du travail et aux conventions collectives.

Pour les CPE et les personnels administratifs qui travaillent en collège ? Devront-ils gérer les élèves de CM2 qui ne sont pourtant pas inscrits dans leur établissement mais dans une école élémentaire ?

Chacun comprend que cette «expérimentation» est le marchepied pour aller vers un corps unique fusionnant les corps des PE, certifiés et agrégés, remettant en cause les obligations de service de tous pour les aligner sur les 1607 heures de la fonction publique.

Chacun comprend aussi que, pour cela, il faudrait mettre en œuvre les  «recommandations» du rapport Caraglio-Leloup : suppression des circonscriptions du premier degré (et donc des prérogatives des IEN) pour placer les écoles et les PE sous la tutelle du chef d’établissement du collège du secteur renommé Établissement Public du Socle Commun. Tout ceci avec la disparition des programmes nationaux pour y substituer le PEdT et l’autonomie de l’établissement (inscrite dans la réforme des collèges et celle des rythmes scolaires).

C’est pourquoi la FNEC FP-FO Créteil demande l’abandon immédiat de ces expérimentations, l’abrogation de la réforme des collèges, l’abrogation des décrets sur les rythmes scolaires et exige le respect des statuts particuliers de chacun :

22 juin 2016

Manifestation du 23 juin : Communiqué de J.-Cl. Maily

Cher(e)s camarades,

Dès l’annonce, ce matin, par la Préfecture de police de Paris de l’interdiction de manifester à Paris le
23 juin, le secrétaire général de FORCE OUVRIERE, en accord avec celui de la CGT, a pris l’initiative de
demander un rendez-vous rapide au Ministre de l’intérieur, qui a répondu favorablement.
Les deux secrétaires généraux se sont donc rendus au Ministère, à 11 heures, rencontrer Bernard
CAZENEUVE.
La discussion a été serrée et républicaine, tout en confrontant nos contingences réciproques. Le Ministre
insistant sur la fatigue des forces de l’ordre – ce que nous expliquons à FO depuis longtemps – nous a
proposé un parcours plus sécurisé.
Nous en avons parlé ensuite avec les 5 autres organisations dans le mouvement qui ont accepté la
proposition.
Ce faisant, nous faisons respecter une liberté fondamentale au même titre que la liberté de négociation, à
savoir, la liberté de manifester.
La manifestation est donc autorisée sur le parcours proposé, les unions régionales finalisant les
modalités, cet après-midi, avec la Préfecture de police.
Par ailleurs, nous avons obtenu le droit de manifester sur des modalités à déterminer le 28 juin.
Ce qu’il faut retirer de cet épisode, c’est qu’entre personnes responsables, de bonne volonté et
déterminées, quand le dialogue s’instaure, une solution peut être trouvée.
Ce serait bien qu’il en soit de même sur le cœur du dossier, à savoir le projet de loi travail.

Amitiés syndicalistes.


Jean-Claude MAILLY
Secrétaire général

08 juin 2016

Votation citoyenne #LoiTravail

Vous avez la parole :

 

06 juin 2016

Rapport de la sénatrice F. Cartron sur les rythmes scolaires

toujours plus de territorialisation,
toujours plus de remise en cause
statutaire avec un PEdT tout puissant

 

Généraliser le décret Hamon (dérogations)

Imbriquer davantage temps scolaire et hors temps scolaire

Des animateurs « gérés par le PEdT » pour des activités au rabais

L’école publique ravalée au rang de faire valoir municipal

Une seule issue : l’abrogation de la réforme des rythmes scolaires !

Lire le communiqué de FO

PPCR : Communiqué de la FNEC FP FO

Apparence, communication et réalité

Dès l'origine, l'accord "Parcours professionnels, carrière, rémunérations" n'a pas été accepté par FO, CGT et Solidaires qui ont refusé de le signer, voici pourquoi dans le communiqué FO Communiqué PPCR.pdf

14 JUIN : Préavis de grève

Préavis de grève Fonction publique (Christian Grolier à Annick Girardin, Ministre de la Fonction publique) :

2016-06-02 LETTRE A MFP PREAVIS DE GREVE 14 juin 2016.pdf

02 juin 2016

EREA : 1er juin, 200 PE au ministère pour exiger le maintien des postes d’EEI en EREA

A l’appel de la FNEC FP FO, du SNUipp FSU, de la CGT et de SUD, deux cents collègues des EREA de
tout le pays se sont rassemblés près du ministère pour exiger le retrait de la note de service de la
DGRH et le maintien de tous les postes de PE éducateur en internat d’EREA (EEI).
Une délégation composée du SNUDI FO, du SNUipp FSU, de la CGT, de SUD et d’un PE éducateur
des EREA de Bourg en Bresse, de Claix, de Muret, de Redon a été reçue par le conseiller social de
la ministre et par des représentants de la DGRH.

La détermination des personnels est intacte

FO a indiqué que les nombreuses grèves, les rassemblements, les pétitions, motion diverses qui se
sont multipliées depuis la rentrée attestent de la détermination des personnels d’EREA à obtenir
le maintien de tous les postes d’EEI (Enseignant éducateur en internat) dans les EREA.
Ce 1er juin, étaient présentes des délégations des EREA de l’Ain, d’Ille et vilaine, de Haute Garonne,
de Savoie, de l’Essonne, de Loire Atlantique, de l’Isère, des Deux Sèvres, de l’Oise, de Seine
maritime … La preuve est faite que jouer le pourrissement ne fera pas renoncer les personnels.

L’existence des EREA est en jeu

Le profil particulier des élèves orientés en EREA nécessite que les surveillances de nuit soient
assurées par des PE qualifiés et spécialisés pour assurer à ces élèves le suivi et l’encadrement adapté
dont ils ont besoin, y compris la nuit. Remplacer des PE spécialisés par des assistants d’éducation
exposerait ces élèves et les personnels à des situations potentiellement dangereuses et à une
dégradation de leurs conditions d’accueil. C’est l’existence même des internats éducatifs et plus
largement des EREA qui est en jeu.
Le CHS CT M du 30 mai a adopté un voeu (FO FSU ont voté pour ; l’UNSA s’est abstenue)
demandant le maintien des postes d’EEI en EREA.

La ministre est restée sourde

Le conseiller social après avoir « entendu la demande » et « réaffirmé l’attachement du ministre
à la structure EREA » a renvoyé à une prochaine réunion entre le 7 et le 15 juin pour :
aborder la question des missions des PE éducateurs en internat d’EREA
les procédures d’orientation des élèves en EREA
la pédagogie dans le projet d’établissement
« à l’image de ce qui a été fait pour les SEGPA » a-t-il précisé !

Maintien de tous les postes d’EEI sans condition !

Pour FO le maintien des postes d’enseignant éducateur d’internat en EREA ne peut être conditionné
à l’ouverture de discussions sur les missions de ces personnels. Les PE éducateurs en
internat d’EREA appartiennent au corps des PE et à ce titre leurs ORS ne peuvent pas être
définies en référence à leurs missions sauf à vouloir préparer leur sortie du corps des PE.

1607 heures annualisées dont le contenu et l’organisation serait défini EREA par EREA
comme la précisé le représentant de la ministre au CHS-CT Ministériel du 30 mai.
C’est la logique de l’inversion de la hiérarchie de normes du projet de loi El Khomri. Pour
FO c’est inenvisageable !
FO invite tous les personnels des EREA à se réunir pour réaffirmer l’exigence, sans
condition, du maintien de tous les postes de PE Educateur en Internat d’EREA, à
transmettre ces motions à la fédération d’ici le GT du 7 juin.
Montreuil le 2 juin 2016

communiqué en PDF

01 juin 2016

Loi Travail : un nouvel élan avec plus de salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi, retraités dans l’action !

La votation citoyenne organisée par les 7 organisations
syndicales doit permettre à tous les salarié-e-s, jeunes,
privé-e-es d’emplois, retraité-e-s et citoyen-ne-s
de s’engager dans la mobilisation.
PARTICIPEZ-Y EN DÉPOSANT LE BULLETIN DE VOTE !

Communiqué de lancement de la votation citoyenne

Rassemblement le 2 juin
Cherbourg au pont tournant de 12h00 à 14h00
et signature de la votation citoyenne
sur le marché et dans les entreprises (tract)

27 mai 2016

Décharges de direction (erratum)

Conformément à la réglementation en vigueur (circulaire n° 2014-115 du 3-9-2014 ), la décharge d'enseignement des directrices ou directeurs d'écoles primaire ou élémentaires de 8 classes passe à 1/3 de décharge.

Dans la Manche, la DSDEN 50 a prévu que ce tiers de décharge libère un jour et demi par semaine, donc le mercredi serait libéré chaque semaine pour toutes les écoels de 8 classes.

La DSDEN 50 ne devrait pas compter le nombre d'heures de la journée entière.

Cas particulier Décret Hamon : Extrait de la circulaire : " Lorsque, en application du décret n° 2014-457 du 7 mai 2014, les enseignements hebdomadaires sont regroupés sur huit demi-journées : -un tiers de décharge libère un jour par semaine et soit un jour à raison d'une semaine sur trois, soit une demi-journée deux semaines sur trois "

Attention : si la 8e classe est un "moyen provisoire", l'administration considérera l'école comme une école de 7 classes (soit quart de décharge seulement), ce que le SNUDI FO dénonce comme out à fait injuste compte tenu du travail réel de direction.

20 mai 2016

Les appels d'offre rentrée 2016.

Mouvement 2016 : parution des circulaires et formulaires relatifs à l'appel à candidature sur postes ASH, directions et postes à compétences particulières.

ASH-Notice appel d'offre.pdf

ASH-Liste des postes vacants.pdf

ASH-Fiche reponse.pdf

 

DIRECTIONS-Notice appel d'offre.pdf

DIRECTIONS-Liste des directions vacantes.pdf

DIRECTIONS-Fiche reponse.pdf

 

POSTES A PROFIL-Notice et liste des postes a competences particulieres.pdf

 

Pour joindre le SNUDI FO : 07 82 97 25 81 ou snudifo50@gmail.com

27 avril 2016

28 AVRIL : RETRAIT de la Loi travail

Motion de l’AG de l’UD FO Manche du mardi 26 avril 2016

Après-demain, les syndicats FO de la Manche seront mobilisés comme le 31 mars pour exiger le
retrait du projet de « loi Travail ».
Ce projet est à l’évidence le projet de régression sociale le plus grave de ces dernières décennies, et
un symbole de la politique libérale menée par le gouvernement au nom du patronat et des directives
européennes.
Si le gouvernement essaie de réformer et de réécrire le code du travail, ce n’est pas pour créer plus
d’emplois ni pour accorder plus de sécurité aux salariés comme il le prétend, mais pour supprimer
toutes les contraintes et offrir toutes les libertés aux entreprises, au nom de la rentabilité et du profit.
L’objectif de cette loi Travail : livrer des pans entiers du droit du travail, définis collectivement par
des décennies de luttes et de négociations, à la seule volonté des chefs d’entreprise. Selon eux, le
code du travail, les conventions collectives, les statuts, et donc les droits collectifs des travailleurs
sont des freins à l’emploi et la cause du chômage ! C’est pourquoi Gattaz pour le MEDEF demande
au gouvernement de les supprimer.
La loi Travail, c’est la fin de la hiérarchie des normes et du principe de faveur, qui fait que
s’appliquent les dispositions les plus favorables du code du travail, de la convention collective ou de
l’accord d’entreprise.
A la place, un modèle qui n’a plus rien de social et qui assurera la suprématie de la négociation au
niveau de l’entreprise, là où les salariés sont les plus vulnérables. Un modèle qui sous-traite aux
employeurs la quasi totalité du droit du travail.
La loi Travail, si elle est votée, réduirait en miettes le principe républicain de l’égalité de traitement
et des droits collectifs pour livrer les salariés au chantage permanent, aux pressions, à la précarité,
au chacun pour soi.
Le contrat de travail est un lien de subordination entre le salarié et le patron, compensé et
rééquilibré par le code du travail, les conventions collectives, et les accords d’entreprise.
La contre-réforme organisée par le gouvernement, c’est la remise en cause de ce rééquilibrage du
rapport de force dans l’entreprise.
Ils veulent imposer un modèle libéral : la « soumission librement consentie », comme chez Smart
où les salariés ont «volontairement» consenti, le pistolet sur la tempe, à travailler plus pour gagner
moins.
Alors, ce qui s’est passé chez Smart en 2015, et qui a servi de laboratoire à la remise en cause du
code du travail, serait demain, avec la loi Travail, la règle pour l’ensemble des travailleurs du privé
et ensuite du public.
Ce qui est donc en jeu avec ce projet de loi, c’est la disparition pure et simple d’un ensemble de
droits collectifs applicables à tous les salariés quel que soit leur lieu de travail, quelle que soit la
taille de leur entreprise.
Mais aussi ce qui est en jeu :
- ce sont les 35 heures qui ne seraient plus qu’une simple référence
- c’est la durée quotidienne et hebdomadaire qui pourra être augmentée
- c’est la majoration des heures supplémentaires qui pourra être diminuée
- c’est le temps de travail qui pourra être modulé sur 3 ans : disparition des heures supplémentaires
- ce sont les salaires qui pourront être négociés uniquement tous les 3 ans
- c’est la généralisation des accords de chantage à l’emploi : on pourra choisir entre moins de droits
et son emploi
- ce sont les licenciements économiques qui seront encore facilités et simplifiés
- c’est le licenciement abusif légalisé
- c’est la médecine du travail qui disparaîtra peu à peu.
La loi Travail, c’est demain chacun pour soi, chacun dans son coin !
La loi Travail, c’est chaque salarié seul face à son patron, aux pressions, au chantage à l’emploi !
Alors oui, avec la jeunesse qui parle de son avenir, aujourd’hui c’est « FO Manche debout » pour
dire : retrait de la loi travail !
Et nous devons dès maintenant, partout où c’est possible, discuter des suites et des formes à donner
pour bloquer le pays si le gouvernement persiste et ne retire pas son projet.
Adoptée à l’unanimité avec 1 abstention
Hauteville sur Mer – 26/04/16

motion FO Manche 2016.pdf

25 avril 2016

TOUS EN GREVE LE 28 AVRIL !

  • La déclaration préalable doit parvenir à l’Inspection 48 heures à l’avance au moins, comprenant un jour de classe (jour ouvré).
    • Grève un lundi jeudi soir dernier délai
    • Grève un mardi vendredi soir dernier délai
    • Grève un mercredi dimanche soir dernier délai
    • Grève un jeudi lundi soir dernier délai
    • Grève un vendredi mardi soir dernier délai
  • La déclaration préalable peut être adressée par courrier par mail académique ou par télécopie.
  • Si vous envoyez votre courrier par la poste, attention aux délais d’acheminement.
  • La déclaration doit indiquer le nom et le prénom et la date de la grève déterminée par le préavis de grève.
  • Rien n’oblige d’utiliser un modèle fourni par l’administration qui demanderait plus de renseignements que la simple déclaration individuelle.
  • Le directeur n’a pas à faire de déclaration par école.
  • Sont concernés par cette déclaration préalable tous les collègues responsables d’une classe.
  • La déclaration d’intention n’oblige en rien le collègue à se mettre effectivement en grève.
  • Conservez un double en cas de litige.

 

 

Tract intersyndical pour la grève et manifestation du 28 avril.

Pour le RETRAIT pur et simple du projet de loi travail dit "El Khomri".

Cherbourg : 10h30 statue de Napoléon.

tract 28 avril 2016 intersyndical.pdf

18 avril 2016

EREA Robert Doisneau : les personnels obtiennent satisfaction !

Communiqué du lundi 18 avril 2016

EREA Robert Doisneau de Saint-Lô

À 11h ce matin, la revendication des personnels de conserver tous les postes de PE n'avait pas reçu de réponse pendant les vacances, le Dasen avait même confirmé que le Recteur ne voulait pas annuler la nomination de surveillants sur 2 des 3 postes de Professeurs des écoles-éducateurs.

Les personnels ont alors décidé de se placer en grève dès 14 heures.

À 15h, le DASEN a convoqué les PE-éducateurs de l'EREA et les a  informés que le Recteur venait de revoir sa position…

À 15 HEURES, LE RECTEUR A CÉDÉ :

LES 3 POSTES DE P.E. SERONT OCCUPÉS PAR DES P.E. !

Grâce à la détermination des personnels PE-éducateurs et des organisations syndicales Snudi FO, Snuipp Fsu, Sud Solidaires, Se-Unsa et Sgen-Cfdt, après une première concession le 4 avril (réaffecter un PE sur l’1 des 3 postes), le Recteur et le Dasen se sont donc engagés ce lundi 18 avril à pourvoir les 3 postes par des PE.

Les personnels n'ont pas hésité à se mettre en grève pour faire valoir leur revendication.

Les personnels et le SNUDI FO, qui demandaient que tous les postes soient maintenus et pourvus par des PE, ont été entendus.

FO constate que l'avenir de l'internat éducatif de l'EREA reste flou : deux des 3 postes n'étant pas passés au mouvement principal, ils seront pourvus à titre provisoire. Le Ministère, dans une logique d'austérité et de nivellement par le bas, tient à remplacer les PE-éducateurs par des contrats d'AED (surveillants/vie scolaire).

Pour le SNUDI FO, la question de la mobilisation au plan national reste entière.

le communiqué version PDF : 2016-04-18 EREA COMMUNIQUE.pdf

13 avril 2016

Circulaire retraite 2017-2018

Circulaire sur l'admission à la retraite et ses annexes (dernière année 2016-2017).

Circulaire admission a la retraite 2017-2018 - C 2016-28.pdf

Demande de RDC.pdf

RDC 2017-2018 encadrement.pdf

 

Image allongee elections 2014