Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 octobre 2017

Manifestation pour la Fonction publique

MARDI 10/10, obtenons 10/10 en venant tous dans la rue !

Pour les manifestations, affichettes SNUDI F.O. à imprimer, agrandir, plastifier : à télécharger ici

Rappel des points de rassemblement département de la Manche :
RDV à Cherbourg : 10h30 devant la Mairie
à Saint-Lô : 10h30 devant la Mairie
à Avranches :

  • Conférence de presse à 9h30 le 10 à l'UL FO d'Avranches avec la CGT.
  • 10h30 Blocage du rond point en face de la mairie, prise de paroles et distribution de tracts

 

 

03 octobre 2017

10/10 : Préavis de grève

Le préavis de grève déposé par la FGF-FO couvre toutes catégories de fonctionnaires du lundi 9 octobre à 20 heures au mercredi 11 octobre 2017 à 8 heures.

Pour les enseignants devant élèves du premier degré, le Service minimum d'accueil (SMA) impose de déclarer son intention de grève jusqu'à vendredi 06/10 à minuit --> retrouvez toutes les explications en cliquant sur la petite image ci-dessous :

formulaire-dsden50-capture-email.jpg

 

 

Pour consulter le préavis de grève, cliquer sur l'image :

capture-preavis-greve-fgf-fo-10-10-17.jpg

 

28 septembre 2017

Fonction publique : tous en grève le 10 octobre

Baisse continue du pouvoir d’achat, remise en cause du statut général des fonctionnaires, dégradation des conditions de travail, stigmatisation des fonctionnaires, quatre raisons majeures de faire grève et de préparer la riposte pour faire reculer le Gouvernement.

Pouvoir d’achat : Le 17 avril 2017, dans une lettre ouverte aux agents de la Fonction publique, le candidat à l’élection présidentielle Emmanuel Macron écrivait : « j’introduirai davantage de rémunérations au mérite… plutôt que des mesures générales qui s’appliquent à tous de la même manière ». Résultat : GEL de la valeur du point d’indice pour 2018.

Il indiquait également « j’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant ». FAUX !

Ce tour de passe-passe lié à l’augmentation de la CSG n’était qu’un leurre : les fonctionnaires verront au mieux l’augmentation de la CSG totalement compensée, au pire seulement partiellement.

Statut général des fonctionnaires :

  • Décorrélation de la valeur du point d’indice suivant les versants de la Fonction publique, suppressions des soi-disant obstacles statutaires, recrutement par contrat, système de retraite universel, autant d’annonces mettant clairement en péril le statut général des fonctionnaires et le code des pensions civiles et

Dégradation des conditions de travail :

  • Les 120 000 suppressions de postes sur le quinquennat et la suppression massive des contrats aidés vont entrainer de nouvelles surcharges de travail, avec les risques psychosociaux qui en découlent et dégrader davantage le service rendu à l’usager.

Stigmatisation des fonctionnaires :

  • La réinstauration du jour de carence en cas d’arrêt maladie va renforcer le mal-être des agents au travail. Il va créer une inégalité supplémentaire entre les agents publics et les salariés du privé (couverts à 70 % par des accords collectifs). Il va également contribuer à paupériser un peu plus les agents

FO Fonction publique rappelle son rejet d’une vision de l’avenir de la Fonction publique et de ses services se réduisant au dogme permanent de la réduction de la dépense publique. A cela, elle oppose ses revendications : 

  • Défense du statut général des fonctionnaires et des statuts particuliers,
  • Augmentation immédiate de 16% de la valeur du point d’indice pour compenser la perte de pouvoir d’achat depuis
  • Non à l’augmentation de la CSG et pour le financement de la protection sociale par les cotisations
  • Arrêt des    suppressions    de     postes    et     titularisation    des    non-titulaires    et des contrats-aidés
  • Non au jour de carence
  • Amélioration des carrières
  • Préservation du Code des pensions civiles et militaires (CPCM) et de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL)

 

Pour défendre la Fonction publique, nos statuts, les garanties collectives, notre pouvoir d’achat et nos retraites :

Tous en grève et en manifestations

 

Téléchargez ici et diffusez le tract de la FGF-FO (Fédération Générale des Fonctionnaires FO) :

capture-tract-fgf-10-10-17.jpg

 

 

05 février 2017

Adhérez au Snudi FO 50.

FO, C'EST :

LA 3e FORCE SYNDICALE DE LA FONCTION PUBLIQUE (Etat, Territoriale  et Hospitalière confondues).

LA PREMIERE FORCE DE LA FONCTION PUBLIQUE D'ETAT.

LA TROISIEME FORCE SYNDICALE DE L'ENSEIGNEMENT.

Dans la Manche, FO est le 1er syndicat de la Base de Défense de Cherbourg.

Au quotidien, FO défend les travailleurs du CHPC, de l'hospitalier privé, des Maîtres Laitiers, de la Ville de Cherbourg, du Conseil départemental...

FORCE OUVRIERE : LA FORCE DU SYNDICALISME CONFEDERE ET INDEPENDANT !

 

Pour être entendus, pour être défendus, pour être informés, il est grand temps d'adhérer au SNUDI FO 50 !

Par email et papier, informations locales départementales du syndicat (news, analyses, compte-rendus, audiences, infos urgentes...) et principales infos de l'administration (circulaires, bulletin mouvement...).

En adhérant, vous recevrez automatiquement plusieurs journaux papier :

  • journal de la Fédération enseignement culture FO (6 numéros par an),
  • journal de la Fédération générale des fonctionnaires FO (6 numéros par an),
  • journal du Secrétariat national du SNUDI FO (6 numéros par an),
  • journal de l'Union départementale FO 50 (4 par an),
  • journal du Snudi FO 50 (apériodique : 3 ou 4 fois par an).

Vous bénéficiez de l'affiliation automatique et gratuite à l'Association FO de consommateurs (AFOC). 

Avec votre adhésion, un partenariat FO-Macif  vous protège lors de la participation à la vie syndicale à travers 3 contrats : "Solidarité vie syndicale" , "Protection juridique vie professionnelle" et "Responsabilité civile du défenseur juridique"...

 

Les cotisations syndicales font l'objet d'un crédit d'impôt de 66% (virement en votre faveur des impôts si vous ne payez pas d'impôt sur le revenu) : sur une cotisation annuelle de 180€, vous n'aurez payé en réalité que 60€ !

Paiement au prorata du temps de travail. Paiement en plusieurs fois accepté (indiquez l'échéance au dos de chaque chèque). Prélèvements automatiques possibles (nous contacter).

 

 

TELECHARGEZ LE BULLETION D'ADHESION CI-DESSOUS :

 Adhesion-SNUDI-FO-2017-r-v---.pdf

 

4095109597.png

Bulletin d'adhésion :

Adhesion-SNUDI-FO-2017-r-v---.pdf

24 janvier 2017

Réforme de l'évaluation : les 2 synthèses à consulter

Le SNUDI FO a élaboré deux documents synthétiques expliquant pourquoi la réforme de l'évaluation est néfaste et doit être abandonnée : mensonges sur le passage à la Hors-classe, revalorisation ridicule, arbitraire de la grille de compétences, recul du paritarisme et des CAPD...

A lire et à diffuser sans modération !

 

Journal 4 pages supp-JANVIER SNUDI-FO-50---.pdf

Journal 4 pages supp-DECEMBRE SNUDI-FO.pdf

12 décembre 2016

ATSEM : Soutien du SNUDI FO 50

Consultez le communiqué de soutien aux ATSEM en lutte, grève et manifestation dans la Manche ce mercredi 14 décembre 2017.

ATSEM : Communiqué du SNUDI FO de la MANCHE.pdf

11 décembre 2016

ATSEM en lutte : mobilisation 14 décembre

Manifestation le mercredi 14 décembre 2016

Concernant la Région Parisienne, le Rassemblement se tiendra devant le Ministère de la Fonction publique
à 11h place Edouard Herriot – Métro, ligne 12 Assemblée Nationale

Communiqué intersyndical FO-CGT-FAFPT à lire ici

17 novembre 2016

Promotion à la HC : opacité totale. PPCR aggravera encore la situation

Le SNUDI-FO national a été reçu le 20 octobre par les responsables du 1er degré de la DGRH du ministère de l’Education nationale pour avoir des informations précises sur le nombre de promus à la hors classe par département, la manière dont sont calculés les contingents et lesprojections pour l’avenir.
L’examen des contingents 2016 avait en effet fait apparaître des taux inférieurs à 5 % des promouvables dans plusieurs départements et même un nombre inférieur de promus par rapport à 2015 dans un département alors que le taux de promouvables était passé de 4,5% à 5 %.

La règle générale

Le contingent annuel de promus à la hors-classe des PE est calculé pour chaque académie par le ministère qui transmet ce nombre aux recteurs avec des propositions de répartition par département. Les recteurs ont la possibilité de suivre ou de ne pas suivre les recommandations qu’ils reçoivent sachant que le contingent académique est insusceptible de modifications.

5 % pour l’année 2016 : beaucoup de zones d’ombre !

Les 5% de promus correspondent au pourcentage de PE de la classe normale du 7ème au 11ème échelon. Mais ce pourcentage n’est pas strictement appliqué. Il peut être modulé suivant le poids des PE au 11ème ou au 10ème échelon dans chaque académie, puis dans chaque département de l’académie. Par conséquent le taux de promu devrait dépasser les 5% dans les académies où la proportion de PE au 10ème et 11ème échelon est importante. C’est là que les zones d’ombre commencent à apparaître :

  • Malgré la demande insistante de la délégation, aucune information n’a été donnée sur les académies ayant bénéficié d’un contingent de promus égal, supérieur ou inférieur à 5% des promouvables au motif déclaré que le ministère ne travaillait qu’à partir de « projections  » ;
  • Sur les règles appliquées pour déterminer une majoration ou une minoration du nombre de promus, aucune explication n’a été transmise ;
  • Sur le fait de savoir si les rectorats suivaient ou pas les propositions de répartition par département communiquées par le ministère, aucun renseignement ne semble remonter dans les services de l’administration centrale.
    Bref, c’est l’opacité totale.

Le SNUDI-FO constate que dans plusieurs départements les contingents de promus sont inférieurs à 5 % sans qu’il ait connaissance de départements dans la situation inverse. Ainsi dans la Somme où le nombre de promus 2016 était inférieur à 2015 (101 au lieu de 108), le ministère justifie cette diminution, non pas par une situation en 2015 où le poids des 11ème et 10ème échelons justifiait un nombre moins important de promotions en 2016 mais par une erreur commise au niveau du nombre de promouvables en 2015. Il y aurait eu des « doublons », c’est-à-dire que des enseignants auraient été comptabilisés deux fois.

Le SNUDI-FO est en attente d’un courrier de la DGRH sur ce dossier précis, d’autant plus que le même phénomène s’était produit en 2014.
Sur l’ensemble de ce dossier, le SNUDI-FO ne peut pas se satisfaire de telles réponses. Il alerte la ministre sur cette situation.

Pour l’avenir, PPCR aggrave encore la situation

Le SNUDI-FO a également abordé la situation du passage des PE à la hors-classe pour les années qui viennent.
Le ministère a indiqué que le contingent de passage à la hors-classe atteindrait 5,5% en 2017. Il a également précisé qu’à partir de 2018, dans le cadre de PPCR, les bonifications de points pour les enseignants en REP, REP + et pour les directeurs n’existeraient plus.
Seuls seraient prises en compte l’appréciation et la durée dans la plage d’appel de passage à la hors- classe, conformément à PPCR. La plage d’appel équivaut à la durée entre le 9ème échelon et 2 ans d’ancienneté du candidat et le moment où sa situation est examinée pour sa promotion.

La délégation syndicale a dressé le tableau de la situation actuelle où étaient promus des PE à la hors classe qui provenaient en majorité du corps des instituteurs, mais commençaient également à l’être des PE issus de l’IUFM titularisés au début des années 90. Ainsi étaient promus à la hors classe des enseignants avec près de 40 ans d’ancienneté et d’autres avec 20 ans d’ancienneté. Cette information a surpris les représentants du ministère pour qui les PE issus de l’IUFM n’avaient atteint que le 9ème échelon alors que plusieurs parviennent déjà au 11ème échelon.

Le SNUDI-FO a indiqué que des PE ex-instits partent encore à la retraite sans avoir atteint la hors- classe. Cette situation perdurera plusieurs années si la ministre ne prend pas des mesures spécifiques pour que les PE atteignent la hors classe avant la retraite.

Dans ces conditions l’engagement du dispositif PPCR que tous les PE gravissent les deux premiers grades (classe normale et hors-classe) de leur corps dans leur intégralité n’est qu’une vague promesse. La délégation a dénoncé le fait que le barème de passage à la hors-classe ne prenait pas en compte l’AGS des promouvables.

Les représentants du ministère ont bien entendu l’argumentation développée qui allait engendrer encore plus d’injustice au niveau des promotions à la hors-classe pour les PE dans les années qui viennent avec un barème basé sur l’évaluation PPCR consécutive à un entretien de carrière et un nombre nettement insuffisant de possibilités de passage dans le nouveau grade.

Le SNUDI-FO invite tous les Syndicats départementaux à demander aux autorités académiques la liste nominale des promouvables à la hors classe.

Montreuil, le 02 novembre 2016

08 novembre 2016

Vidéo discours d'Hubert Raguin.

Discours en vidéo d'Hubert Raguin, Secrétaire général de la Fédération Enseignement Culture Formation Professionnelle FO au Congrès de Gravelines.

SFT ; postes adaptés...

Supplément familial de traitement 2016-2017 : pièces justificatives à joindre pour éviter la suspension du versement avec effet au 1er octobre 2016 : Rappel du Saged à télécharger ici.

 

Circulaire relative au dispositif concernant les personnels demandant une affectation sur postes adaptés pour l'année 2017/2018 département de la Manche : la circulaire du 24 octobre 2016.

18 octobre 2016

XIIe Congrès du SNUDI FO à Gravelines

Résolution générale du XIIe Congrès du SNUDI FO réuni à Gravelines dans le cadre du XVIIe Congrès de la FNEC FP FO : SNUDI FO RÉSOLUTION GÉNÉRALE Gravelines 2016.pdf

06 juin 2016

PPCR : Communiqué de la FNEC FP FO

Apparence, communication et réalité

Dès l'origine, l'accord "Parcours professionnels, carrière, rémunérations" n'a pas été accepté par FO, CGT et Solidaires qui ont refusé de le signer, voici pourquoi dans le communiqué FO Communiqué PPCR.pdf

27 janvier 2016

Succès de la grève du 26 janvier

Après la grève du 26 janvier
Hier 26 janvier, dans l’Education nationale en particulier, la grève a été importante. Dans les collèges, pour l’abrogation de la réforme du collège et pour la valeur du point d’indice, plus de 50% des professeurs étaient en grève, davantage qu’aux trois grèves précédentes. Loin de diminuer, la mobilisation est à nouveau montée d’un cran. Dans les écoles et les lycées, la grève a été suivie de manière importante, plus de 30% de grévistes dans les écoles. Les personnels de toutes catégories ont exprimé avec netteté qu’ils refusent le blocage des salaires, qu’ils refusent la mise en oeuvre de la refondation de l’école avec les rythmes scolaires, avec la réforme du collège, avec l’école des territoires, avec la réforme territoriale et la mutualisation des services, avec les fusions d’universités, avec la régionalisation de la formation professionnelle initiale et continue, avec les remises en cause incessantes des garanties statutaires et les suppressions de postes dans tous les services et établissements.
Le mécontentement et le malaise sont profonds.
Avec tous les fonctionnaires de tous les ministères, avec tous les salariés, les personnels de l’Education nationale n’en veulent plus !
Hier 26 janvier, les personnels de l’Education nationale ont exprimé ce mécontentement et ce malaise avec des centaines de milliers de fonctionnaires -à l’appel des fédérations de fonctionnaires FO, CGT, Solidaires avec le soutien de la FSU-, avec le soutien des confédérations FO et CGT. Ils ont exprimé par la grève et la manifestation leur volonté de mettre un coup d’arrêt à la politique du gouvernement de blocage des salaires et de saccage des services publics par l’aggravation sans fin de la politique d’austérité et la multiplication de contre-réformes.
Imperturbable, la ministre n’entend rien, elle ne dit rien, elle ne parle pas de la grève, elle pratique la politique de l’autruche, elle truque les chiffres de grévistes, elle refuse de recevoir les organisations syndicales du second degré, elle pratique « son » dialogue social et refuse d’entendre les revendications.
Conformément à toute la politique d’austérité du gouvernement qui utilise l’état d’urgence pour aggraver sa politique d’austérité et remettre en cause le code du travail, elle prétend continuer !
Pour la FNEC FP-FO, les enseignants et toutes les catégories de personnel sont fondés à se poser la question de tout arrêter pour être enfin entendus.
Ni les mensonges, ni les campagnes d’opinion, ni les mesures d’intimidation n’ont empêché l’expression de ce malaise profond appuyé sur des revendications précises : les personnels n’en peuvent plus.
Dans ces conditions, le débat à l’ordre du jour des assemblées générales, des réunions d’information et des instances syndicales, n’est-il pas celui de se préparer à tout arrêter, à tout bloquer pour être entendus ?
Montreuil, le 27 janvier 11h

21 janvier 2016

Tract grève Fonction publique du 26 janvier : pourquoi faire grève ?

Le tract départemental d'appel à la grève  est ici : tract MANCHE 26 janvier2016.pdf

Appel intersyndical unitaire dans le 1er degré : ICI

Prenez connaissance de l’appel national unitaire (FO , CGT, SUD) : ICI

 

Pourquoi faire grève le 26 janvier ?

- Pour l’augmentation du point d’indice de 8 % au moins,

- Contre le gel des salaires,

- Pour l’abandon des réformes territoriales, du collège, de la santé, des rythmes scolaires …

- Pour l’abandon du projet de décret sur les obligations de service des PE

- Contre la convention Elus/Rectorat de gestion des postes d’enseignants

Prenez connaissance de l’appel national unitaire (FO , CGT, SUD) : ICI

La mobilisation s’amplifie. La FSU a exprimé son soutien et le SNUipp a lancé un appel national à la grève.

D’autre part, 15 syndicats du 2nd degré appellent également à la grève le 26 janvier pour l’abrogation de la réactionnaire réforme du collège.

Votre déclaration d’intention de grève doit parvenir à votre IEN AVANT samedi 23 janvier minuit,

par courrier, par fax ou par mail (en utilisant impérativement votre messagerie professionnelle en prénom.nom@ac-rouen.fr).

STOP à la baisse du pouvoir d’achat et à la diminution du salaire net !

L’évolution du salaire des enseignants

Rappelons que la carrière (grille indiciaire) des PE est identique à celle des professeurs certifiés.

En 1982 un professeur certifié en début de carrière percevait 1,8 fois le SMIC. En 2012, il percevait seulement 1,13 fois le SMIC.

En 1982, un professeur certifié en fin de carrière percevait 3,48 fois le SMIC. En 2012, il percevait seulement 2,54 fois le SMIC.

Depuis 2010, notre salaire net baisse chaque année

Depuis 2010, notre salaire net baisse chaque année en raison de l’augmentation continue de la retenue pour pension résultant de la contre-réforme des retraites ; pour mémoire, la cotisation « retraites » est passée de 7,85 % en 2010 à 9,94 % en 2016 et la contre-réforme prévoit 11,10 % d’ici 2020.

En septembre 2010, un Professeur des Ecoles adjoint au 6ème échelon percevait 1 804,90 € net mensuels (en zone 3).

En janvier 2016, il ne touche plus que 1 757,97 €, soit une diminution nette mensuelle de 46,93 € alors que les prix n’ont cessé d’augmenter !

Si les traitements avaient suivi l’inflation de 8 % enregistrée depuis 2010, un PE au 6e échelon percevrait aujourd’hui 1 949,29 € par mois, soit 144,39 € de plus qu’en 2010.

Et le ministère de l’Education Nationale avec l’appui de certains syndicats, a osé présenter l’ISAE, c’est à dire les 2 X 200 € brut soit 340 € net (pour une année !) comme un cadeau grandiose, alors que cela ne compense même pas les pertes !

En Allemagne, en Grande Bretagne et en France

Quand un Professeur des Ecoles gagne 31 163 euros en moyenne tout compris, son collègue britannique perçoit 38 654 euros et son homologue allemand, 52 417 euros ! (source OCDE)

Budget 2016

Au budget de l’Education Nationale, 116 millions sont prévus pour « reconnaître l’engagement des personnels » et « revaloriser » la rémunération, soit 9 € mensuels par personnel.

Et pourtant, de l’argent, il y en a… L’État lui-même abonde les dividendes des actionnaires avec le « Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi » !

La manne du CICE

Le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) est une mesure du gouvernement Ayrault pour soutenir les entreprises. Cela représente 20 milliards d’euros par an pour l’État.

Le résultat a été une explosion des dividendes versés aux actionnaires, ce crédit d’impôt permettant aux entreprises de colossales économies sur les rémunérations des salariés et non à restaurer les investissements et la compétitivité, comme cela avait été prétexté pour justifier ces cadeaux du Trésor public aux grandes entreprises.

Pour nos salaires, contre l’austérité, tous en grève mardi 26 janvier !

08 décembre 2015

Capital décès : Le gouvernement attaque les droits sociaux des fonctionnaires !

Le 5 novembre 2015, a été publié au journal officiel un décret n° 2015-1399 du 3 novembre 2015 ayant pour objet la forfaitisation du montant du capital décès sur la base du montant prévu pour le régime général.

 Aussi, à compter du 6 novembre 2015, le capital décès versé aux ayant droits de tout fonctionnaire décédé avant l’âge légal est égal à quatre fois le montant mentionné à l’article D. 361-1 du code de la sécurité sociale (3 400 € x 4).

 Cela concerne tous les fonctionnaires se trouvant au moment du décès soit en activité, soit en détachement, soit en disponibilité pour raison de santé, soit sous les drapeaux.

 Pour rappel, le capital décès versé avant l’application de ce décret était égal au dernier traitement annuel du fonctionnaire, augmenté des primes et indemnité accessoires.

 Pour Force Ouvrière, la convergence des droits public/privé se fait une fois de plus sur la base du moins-disant.

 Ce n’est plus un capital décès, mais un simple capital obsèques qui sera versé aux ayant droits des fonctionnaires.

 A l’heure où tout un chacun rend hommage au Service public et à ses agents après les terribles attentats, Force Ouvrière dénonce le double discours du gouvernement et cette nouvelle attaque contre les droits sociaux des fonctionnaires et de leurs familles.

Fait à Paris, le 2 décembre 2015

15 novembre 2015

Indemnités REP et REP+ : note de service rentrée 2015

Le lien ci-dessous vous donne accès à la dernière note de service ministérielle en vigueur concernant la prime REP/REP+ (septembre 2015).

Le SNUDI FO 50 vous recommande de vérifier la manière dont les services gestionnaires ont compté le versement de ladite indemnité : en ce qui concerne les remplaçants notamment, l'indemnité correspondant à un remplacement d'une journée doit être calculée en divisant l'indemnité mensuelle par le nombre de jours ouvrés et pas par 31, contactez-nous en cas de doute.

note de service indemnité REP 2015.pdf

02 novembre 2015

AESH/AVS : Rassemblement et demande d'audience

Dans la Manche, le rassemblement prévu le mercredi 4 novembre à 14h30 à Saint-Lô devant la DSDEN50 sera suivi d'une audience auprès de M. Lhuissier, Inspecteur d'Académie. Un préavis de grève national couvre les personnels enseignants ou AESH la journée entière.

 

A l'attention de M. l'Inspecteur d'Académie de la Manche,

Dans le cadre de la journée nationale pour les AESH/AVS, nous souhaiterions vous rencontrer sur les problématiques habituelles de ces personnels précaires, pourtant si essentiels au bon fonctionnement quotidien de l'Ecole.

En effet, ceux-ci ont de réelles problématiques concernant leur place dans le système éducatif :

  • L'annualisation des contrats AESH ;
  • Le renouvellement des contrats AESH ;
  • Des salaires scandaleusement bas : entre 590 et 940 euros pour les temps partiels ;
  • Les années prises en compte pour la CDIsation ;
  • La formation diplômante annoncée.
Enfin, l'intersyndicale pose deux axes pour résorber cette précarité et permettre aux collègues AESH d'exercer sereinement leur travail :
  • Dans l'urgence, l’embauche des personnels en CDI AESH ;
  • L'ouverture de négociations pour la titularisation de tous par la création d'un corps de la Fonction Publique.

Une délégation constituée par des personnels et des représentants de l'intersyndicale CGT, FO, FSU et SUD éducation sera disponible le mercredi 4 novembre à 15h00 pour vous exposer les revendications des personnels.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer, M. l'Inspecteur d'Académie, notre attachement au service public de l'Education nationale.

L'intersyndicale

 

Co-voiturage au départ de Cherbourg  : parking Sernam (à côté de la gare SNCF) à 13h30.

Pour contacter le SNUDI FO 50 (enseignement primaire) :
Tel : 07 82 97 25 81
Mail : snudifo50@gmail.com

Pour contacter le SNFOLC 50 (enseignement secondaire) :
Tel : 06 63 04 69 70
Mail : snfolc50@gmail.com

16 octobre 2015

Comité technique au Ministère le 7 octobre

Lisez le compte rendu du CTM par les représentants FO : FO - CTM du 7 octobre 2015.pdf

07 octobre 2015

PPCR : coup de force pour une tromperie !

La ministre de la Fonction publique, Mme Lebranchu, avait annoncé que le Protocole sur les Parcours professionnels, Carrières et Rémunérations des agents de la Fonction publique (PPCR) s’appliquerait s’il était signé par des organisations syndicales totalisant ensemble plus de 50 % des voix aux élections professionnelles. FO puis la CGT et Solidaires ont refusé ce protocole* qui n’a donc pas recueilli la majorité voulue par le gouvernement pour légitimer des régressions et la poursuite du blocage du point d’indice. Aussitôt, le Premier ministre a désavoué la Ministre, et décidé d’appliquer unilatéralement les dispositions du protocole au lieu de poursuivre les négociations comme le demandait FO. Les fonctionnaires paient un lourd tribu à la politique d’austérité menée par le Gouvernement. Depuis 2012, le gel du point d’indice (instauré en 2010) représente, dixit Mme Lebranchu, un manque à gagner de 7 milliards d’euros pour les fonctionnaires ! Depuis 2010, un agent de catégorie A (Prof des écoles) perd ainsi 2 900 € par an en moyenne ! Le gel du point d’indice, l’insuffisance des mesures proposées et la remise en cause du statut (dans la droite ligne des propos du Ministre E. Macron) sont les raisons de la décision de FO de ne pas signer ce protocole et de persister donc à revendiquer l’augmentation du point d’indice et le rattrapage du pouvoir d’achat.

Nous établirons dans un prochain dossier la duplicité de ce protocole qui est une véritable arnaque.

_____________________________________________________________

* Signataires du protocole et leur représentativité dans la Fonction publique : CFDT (19,3 %) ,UNSA (10,4 %), FSU (7,9 %), CFTC (3,3 %), CGC (2,9%), FA-FPT (2,9 %)

 

En complément, nous vous proposons le communiqué du Spaseen-FO sur cet accord PPCR :

2015_octobre_5_PPCR un mauvais protocole.pdf

 

 

11 juin 2015

Une nouvelle entrée dans l’éducation nationale hors statut

Oui, il y aura bien des « apprentis professeurs » !
Pas comme vous le pensez des professeurs stagiaires, lauréats de concours !
Pas du tout.

Suite à la conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 de laquelle FO, CGT, FSU sont partis, le gouvernement a mis en place le dispositif d’apprentissage dans la fonction publique d’Etat et tout particulièrement dans l’Education nationale, le plus gros employeur (2500 apprentis sur 4000 seront dévolus à la fonction publique d’Etat- 6000 en 2016).

Les « apprentis professeurs » seront 320, implantés dans les académies déficitaires: 100 PE à Créteil, le reste dans le second degré en Guyane.


Y a-t-il un lien entre le nombre de postes aux concours non pourvus dans ces départements ?

Poser la question, c’est y répondre : dans le premier degré, sur Créteil, pour 1540 postes offerts,
il n’y a que 1611 admissibles en juin 2015.

Y a-t-il un lien avec la démolition du statut de la fonction publique d’Etat et des concours nationaux, comme cela est envisagé dans la réforme territoriale ?

Pour la FNEC FP-FO, il y a alerte : il s’agit d’une nouvelle entrée dans le « métier » hors statut.

Le gouvernement fait un double tour de passe-passe : au prétexte de « donner une chance »...

  • Il institue des contractuels moins payés que ne le sont les contractuels actuels.
  • Il autorise les recteurs à se séparer à terme des contractuels actuels, car pourquoi payer plus ?
  • Il institutionnalise un recrutement de professeurs au SMIC. Du jamais vu.
  • Il valide le recrutement de contractuels sans grille indiciaire dans les académies déficitaires.
  • Il autorise un recrutement de contractuels sans perspective de titularisation.
  • Il valide une entrée hors statut pour les professeurs et supprime l’obligation de mettre des postes
    aux concours.

Or aujourd’hui une grande partie des disciplines, en raison du traitement et de la formation en ESPE, se trouve en déficit. A ce jour, sur les 340 postes mis aux concours en allemand, il n’y a que 356 admissibles ; en anglais, sur 1225 postes, 1481 admissibles ; en lettres classiques, sur 230 postes ouverts, seuls 114 candidats sont admis...

Pour la FNEC FP-FO, ce que voudrait s’offrir le gouvernement, c’est un mode de recrutement le moins cher possible, hors statut.

Pour la FNEC FP-FO ce dispositif est porteur à terme d’écroulement du statut des professeurs.

 

Imprimer ce communiqué (PDF)

Voir l'autre communiqué de la FNEC sur l'apprentissage dans la fonction publique d'Etat, nouvelle mesure pour fragiliser le statut (3 juin)

(communiqué du 3 juin 2015)

22 mars 2015

Grève interprofessionnelle et intersyndicale 9 avril 2015

Communiqué du SNUDI FO de la Manche

Pour le moment, le gouvernement refuse de répondre à nos revendications, à commencer par l’arrêt demanif.fo_.png la réforme des rythmes scolaires, l’arrêt du blocage des salaires et la création des postes nécessaires. Et de nouvelles annonces font craindre le pire, que ce soit en termes de dérèglementation avec la mise en place des PEDT (projets éducatifs territoriaux), ainsi qu’en termes de dotation en postes...

L’austérité et la dérèglementation doivent cesser !

TROP C’EST TROP ! TOUS EN GREVE LE 9 AVRIL 2015

manif_20150409_je_rejoins.jpgCette mobilisation interprofessionnelle représente un point d’appui considérable pour enfin bloquer toutes les attaques que nous subissons.
C’est pourquoi nous décidons dès aujourd’hui la grève le 9 avril prochain et invitons tous nos collègues à faire de même et à le faire savoir en listant leurs revendications.

Nos revendications :

  • l’augmentation des salaires et la fin du gel du point d’indice
  • l’arrêt de la réforme des rythmes scolaires, le maintien des garanties liées à nos statuts, NON aux PEDT (projets éducatifs territoriaux)
  • la création des postes nécessaires (ouvertures de classes, RASED, remplaçants...) pour donner la possibilité de rétablir et d’améliorer la formation initiale et continue
  • le retrait du pacte de responsabilité (qui correspond à la diminution des moyens alloués aux services publics en général et à l’Éducation Nationale en particulier. C'est donc des fermetures de classes, des classes surchargées, la disparition des RASED et de l’Enseignement spécialisé, de moins en moins de TR, la dégradation des conditions de travail, la dégradation de la formation (M@gistère).)
  • le retrait de la loi Macron (qui casse le code du travail, banalise le travail du dimanche, facilite les plans de licenciements et détruit les prud’hommes.)

 

 

La grève du 9 avril 2015, interprofessionnelle et intersyndicale, débouche sur une manifestation à Paris : Formulaire de réservation de place dans les cars FO (indiquez à quel arrêt vous monterez)

Important : les démarches réglementaires et formulaire de déclaration de grève

greve-9-avril.jpggreve-9-avril.jpg

 

 

 

 

 

Communiqué du 20/03 de l'Union FORCE OUVRIERE de la Manche (à venir)

Communiqué du SNUDI FO national

Affiche FO " Ca suffit ! " 

Communiqué intersyndical national FO, CGT, SUD et FSU

19 décembre 2014

Propos ministériels sur la prime ZEP

Les propos de la Ministre du 17/12 concernant l'augmentation de la prime ZEP "pour inciter les enseignants à venir et à rester dans l'éducation prioritaire" ne font pas oublier ceux du 25 octobre dernier chez Ruquier : en réponse à une question sur la crise du recrutement, elle a répliqué à propos des enseignants : "Enfin, ces gens, ce n'est pas l'argent qui les attire, sinon ils ne feraient pas enseignants." Et elle a ri - tout heureuse de sa boutade... (article du Point).
Le Snudi redonne ici les chiffres de la baisse continue du pouvoir d'achat des enseignants :

  Traitement net en sept 2010 Traitement net avril 2014 Perte de 1,6 % en bas de la fiche de paye Manque à gagner net mensuel puisqu'il n'y a pas eu rattrapage de l'inflation depuis 2010 Traitement si revendication 8 % et + 50 points
soit 200 € satisfaite
PE 5ème 1750 € 1740 € - 10 € 140 €
soit salaire théorique 1890 €
2090 €
PE 6ème 1804 € 1775 € - 29 € 144 €
soit salaire théorique 1948 €
2148 €
PE 7ème 1913 € 1881 € - 32 € 153 €
soit salaire théorique 2066 €
2266 €
PE 8ème 2052 € 2018 € - 34 € 64 €
soit salaire théorique 2216 €
2416 €
PE 9ème 2191 € 2155 € - 36 € 175 €
soit salaire théorique 2366 €
2566 €
PE 10ème 2365 € 2326 € - 39 € 189 €
soit salaire théorique 2554 €
2774 €
PE 11ème 2543 € 2501 € - 42 € 203 €
soit salaire théorique 2746 €
2946 €

Ce ne sont pas les 33€ (bruts !) mensuels d'ISAE qui corrigent le tir...

 

Image allongee elections 2014