Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 décembre 2015

Dossier 18h de formation annualisées

Dossier évoquant également les OM (Ordres de mission) et temps de déplacement.

dossier temps de formation 18h.pdf

Pour plus de détails pratiques, participez aux Réunions d'information syndicale et stages du SNUDI FO 50.

10 décembre 2015

Congé de formation professionnelle

Vous trouverez ci-dessous la circulaire relative
aux demandes de congé de formation professionnelle ainsi
que le formulaire d'inscription.

Les enseignants qui souhaitent faire une demande de congé
de formation professionnelle doivent renvoyer le
formulaire à la DSDEN de la Manche avant le 25 mars 2016, sous couvert de leur I.E.N.

circulaire conge de formation professionnelle.pdf

formulaire de demande conge formation professionnelle.pdf

Direction d'école : Inscription sur la liste d'aptitude établissement spécialisé

Vous trouverez ci-dessous la circulaire relative à
l'inscription sur la liste d'aptitude à l'emploi de
directeur d'établissements spécialisés accompagnée du
dossier d'inscription.
Les candidatures doivent être transmises par voie
hiérarchique, à la DSDEN de la Manche pour le 12 janvier
2016.

circulaire LA directeur etablissement specialise.pdf

dossier d'inscription LA directeur specialise.pdf

16 octobre 2015

Comité technique au Ministère le 7 octobre

Lisez le compte rendu du CTM par les représentants FO : FO - CTM du 7 octobre 2015.pdf

Conférence sur l' "Inclusion" : une mise au point nécessaire ?

Le "flash" de formation voulu par l'IA-Dasen au sujet de l'inclusion s'est déroulé pour plusieurs circonscriptions. 

Des centaines de collègues ont plus ou moins sagement assisté (de 17h à 19h15) à un exposé sur l'histoire et les chiffres de l'ASH, et à une projection sur la différenciation dans l'école inclusive.

Un premier élément qui ressort de ce moment d'acculturation, c'est que l'administration va demander aux enseignants d' "inclure" de plus en plus d'élèves en situation de handicap, y compris des handicaps lourds, a priori sur des journées entières, pourquoi pas à plein temps...

Aux exigences extrêmes de l'inclusion s'ajoutent bien sûr nos 20 ou 30 élèves habituels, avec ou sans handicap... Préparons-nous à réaliser l'impossible, la "casserole" est proche de déborder !

L'administration exprime l'idée qu'il y a trop d'AVS/AESH dans la Manche, que c'est un point négatif du département, pour les élèves inclus eux-mêmes bien sûr...

L'IEN explique aussi que la précarité des AVS/AESH, leur turn-over contraint est plutôt positif pour les élèves (!).

Pour FO : gardons-nous de faire un amalgame entre nécessité pédagogique d'amener les élèves à être autonomes d'une part, et statut précaire des AESH d'autre part ; il n'y a pas de lien entre les deux : on peut condamner que les affectations soient faites en dépit des besoins de l'élève tout en défendant la fin de la précarité des AESH...

Enfin, on a rappelé qu'il existe des aides pour la mise en oeuvre de l'inclusion : quelques ouvrages et les compétences des enseignants spécialisés des ITEP que nous pouvons solliciter par exemple par le biais des conseillers pédagogiques.

  • Pour FO, il est nécessaire de souligner que jusqu'à preuve du contraire, les enseignants d'ITEP ne sont pas des formateurs !
  • Pour FO, prendre en charge et enseigner à des élèves autistes ou à TED (troubles envahissants du développement) n'est pas un métier en soi mais nécessite de très solides compétences, qui ne s'acquièrent qu'avec un dispositif de formation très conséquent. Il ne suffit pas de décréter que les enseignants spécialisés sont des personnes-ressources pour régler cette question de la formation. Finalement, ce sont tous les PE qui devraient être formés à ce degré poussé de compétence en différenciation, étayage, capacité à innover en didactique...
  • Pour FO, il faut faire la promotion des structures existantes et lutter contre les engorgements à la source, en rétablissant des budgets légitimes pour l'avenir de l'école : ULIS-écoles, IME, SEGPA, ITEP, etc.
  • Pour FO, il faut soutenir les moments d'inclusion les plus fréquents possibles, reconnaître le professionnalisme des enseignants, laisser la liberté aux équipes de mettre en place les projets d'enseignement qui maximisent l'inclusion, mais en aucun cas il ne faut imposer l'inclusion massivement aux écoles !
  • Pour FO, il temps de revenir à une formation basée sur le partage de l'expérience et qui ne soit pas qu'un moment de transmission répondant aux besoins de l'institution.
  • Pour FO, il est urgent d'associer largement les personnels ASH avant tout, en proposant fréquemment des temps de concertation ASH par circonscription, sous forme de conférences pédagogiques spéciales ASH par exemple...

 

  • Pour FO, il est grand temps de poser les bases d'un statut de fonctionnaires pour les AVS/AESH, à l'instar des AVS "fonctionnaires territoriaux" de Cherbourg-Octeville, qui existent depuis plus de 15 ans ! Avec Sud, la Cgt et la Faen, FORCE OUVRIERE lance un appel intersyndical à un rassemblement en ce sens le 4 novembre téléchargeable ci-dessous.

screenshot-aesh.JPG

02 juillet 2015

Charrette de licenciements d’enseignants fonctionnaires stagiaires ?

Charrette de licenciements d’enseignants fonctionnaires stagiaires ?

Inadmissible pour FO

 

Jamais autant de stagiaires n’ont été convoqués devant les jurys académiques qui vont statuer sur leur titularisation. Les résultats tombent petit à petit. Ainsi à Versailles, 112 professeurs des écoles stagiaires à mi-temps passent devant le jury académique. Dans le Val d’Oise, 16 sont renouvelés et un licencié. Dans l’Essonne, 30 sont renouvelés et 5 licenciés. A Strasbourg, 4 avis défavorables chez les agrégés (0 les autres années), chez les certifiés, 10 licenciements, 29 renouvellements. A Créteil, il y a tellement de dossiers que les jurys se réunissent pour le premier degré sur 3 jours…

 

A l’évidence, y a un problème : les stagiaires, fonctionnaires de l’Etat, recrutés sur concours, mis
directement dans les classes sur des temps complets ou non ont dû faire face à des conditions de formation déplorables que FO n’a cessé de dénoncer tout au long de l’année.

La formation dans les ESPE dont ils ont dû essuyer les plâtres a été différente d’une ESPE à l’autre, d’une discipline à l’autre, avec des exigences parfois monstrueuses au nom d’un parcours adapté à chacun :
nouveau mémoire, DU, nouveau master, présence obligatoire, allongement à l’infini des tâches diverses et variées demandées.

 

Les stagiaires ont dû faire cours dans des conditions ingérables : affectation en CP malgré les recommandations ministérielles, classes surchargées, classes à examen, etc.

 

Et aujourd’hui, le ministère, via les jurys voudrait se débarrasser d’eux sous les prétextes les plus divers : manque d’assiduité à l’ESPE, non acquisition de la «posture attendue», délivrance de notes chiffrées…

 

Mais que cherche-t-on ? A décourager tous les stagiaires et les futurs candidats aux concours ?

Combien manquera-t-il de professeurs devant élèves à la rentrée ?

Comment comprendre que sur la seule académie de Paris, 10% des agrégés externes aient un avis défavorable à la titularisation, 7% des certifiés, 20% des certifiés de mathématiques…

 

Les ESPE, les recteurs, n’ont pas mis en place avec bienveillance la formation due à un fonctionnaire d’Etat stagiaire.

 

Avec la ministre, ils ont mis en place «une période d’essai» !

 

Va-t-on retrouver les mêmes collègues licenciés recrutés par Pôle Emploi l’an prochain pour devenir contractuels sans droit ni garantie, corvéables à merci ?

 

La FNEC FP-FO exige que ces stagiaires, qui ont assuré leur classe pendant toute l’année au bénéfice des élèves et de l’institution, soient titularisés.

 

La FNEC FP-FO renouvelle son exigence à la Ministre, il y a urgence.

 

30 juin 2015

Réponse de la Ministre au CHSCT-M : « le recours à ce dispositif (M@gistère) ne revêt aucun caractère obligatoire ».

A l'avis émis le 12 juin par le CHSCT, unanime contre la généralisation de la plateforme de formation Magistère, la Ministre a répondu ce 15 juin...

« le recours à ce dispositif  (M@gistère) ne revêt aucun caractère obligatoire ».

 

Force ouvrière à l’initiative de l'abandon de M@gistère

 

A la demande de la FNEC-FP-FO, le CHS-CT Ministériel du 12 mars a été saisi des conséquences de la mise en œuvre du logiciel d’autoformation M@gistère. En effet le décret 82-453 modifié prévoit, dans son article 57, que le CHS-CT soit consulté sur les projets d’introduction de nouvelles technologies.

 

 

 

Sur proposition de la FNEC-FP-FO, un avis a été adopté à l’unanimité par FO, FSU et UNSA  lors de ce CHS-CT Ministériel qui se conclut par la préconisation suivante : «  le CHS-CT ministériel demande que celle-ci (la formation M@gistère) n’ait lieu que sur la base du volontariat et qu’aucune sanction ne soit engagée à l’encontre des collègues qui ne veulent pas entrer dans le dispositif et qu’une véritable formation soit mise en place ».

 

 

 

Les conséquences de l’utilisation de ce logiciel sur la santé des personnels

 

et leurs conditions de travail sont incontestables :

 

Formation continue au rabais qui ne correspond pas aux attentes et aux besoins des collègues.

 

Convocations de réunions entraînant un allongement de la journée de travail.

 

Heures de travail informel non comptabilisé.

 

Mise en place d’un dispositif d’auto évaluation, processus de culpabilisation individuelle qui peut fragiliser certains enseignants.

 

Absence de confidentialité lors des connexions internet (réseau social imposé).

 

Non respect de la législation du travail sur le télétravail.

 

 

 

Le SNUDI-FO qui demande la suspension immédiate de la mise en place de M@gistère s’est adressé, avec la FNEC-FP FO, à la ministre pour qu’elle applique l’avis du CHST-CT ministériel.

 

 

 

La ministre confirme que Ma@istère ne revêt aucun caractère obligatoire !

 

La réponse ministérielle en date du 16 juin vient de nous être transmise : « le recours à ce dispositif technique ne revêt aucun caractère obligatoire ».

 

 

 

M@gistère n’est donc pas obligatoire, ce qui répond à l’attente de nos collègues et correspond aux dizaines de vœux et/ou prises de position déposés par FO dans les CAPD ou CHS-CT départementaux.

 

 

 

 

 

Montreuil, le 23 juin 2015

 

22 mars 2015

Formation M@gistère : dossier

Motion M@gistère/Foad adoptée par les participants syndiqués et non-syndiqués au SNUDI FO à la réunion d'information syndicale du 18 mars 2015 à Cherbourg :

Motion RIS texte seul.jpg

 

 

Au niveau national : le dispositif M@gistère a du vent dans les voiles :

Sur la base des actions menées dans certains départements ( Côtes d’Armor, Ain, Haute-Loire…) et de
témoignages de collègues, lors du CHSCT-Ministériel du 12/03/15, FO a présenté les conséquences du logiciel sur la santé de l’utilisation de ce logiciel et le non respect de la législation par le Ministère . :

  •  Formation continue au rabais qui ne correspond pas aux attentes et aux besoins des collègues
  •  Convocations de réunions entraînant un allongement de la journée de travail
  •  Heures de travail informel non comptabilisé
  •  Mise en place d’un dispositif d’auto évaluation, ouvert de plus aux critiques des collègues
  •  Processus de culpabilisation individuelle qui peut fragiliser certains enseignants
  •  Absence de confidentialité lors des connexions internet (réseau social imposé)
  •  Non respect de la législation du travail sur le télétravail

FO a donc présenté l’avis suivant au CHSCT-M du 12/03/15 qui a été adopté à l’unanimité des organisations syndicales FO – FSU et UNSA :
Le Ministère de l’Education Nationale a choisi de mettre en oeuvre un logiciel de formation à distance
«M@gistère». Il l’a fait sans aucune consultation d’aucun CHSCT à quelque niveau que se soit et ce
en contradiction avec l’article 57 du décret 82-453 modifié.
Compte-tenu des nombreux problèmes posés par cette formation à distance, le CHSCT M demande
que celle-ci n’ait lieu que sur la base du volontariat et qu’aucune sanction ne soit engagée à
l’encontre des collègues qui ne veulent pas entrer dans le dispositif, et qu’une véritable formation soit
mise en place.

 

Compte-rendu du CHSCT-M 12-03-15.pdf

Magistere-Communiqué 19-02-15.pdf

06 février 2015

Formation M@gistère Appel des syndicats SNUipp FSU 43 et SNUDI FO 43 à la suspension de la mise en œuvre

Appel des syndicats SNUipp FSU 43 et SNUDI FO 43

à la suspension de la mise en œuvre

Les syndicats SNUDI FO 43 et SNUipp FSU 43, réunis le 20 janvier 2015, ont fait le constat que la mise en place de la formation M@gistère posait de nombreux problèmes aux personnels :

  •  Formation continue au rabais qui ne correspond pas aux attentes et aux besoins des collègues
  • Convocations de réunions entraînant un allongement de la journée de travail
  • Heures de travail informel non comptabilisé
  • Mise en place d’un dispositif d’auto évaluation, ouvert de plus aux critiques des collègues
  • Processus de culpabilisation individuelle qui peut fragiliser certains enseignants
  • Absence de confidentialité lors des connexions internet (réseau social imposé)

 De plus, les syndicats constatent que la mise en place de cette formation va à l’encontre de l’avis du CHS CT D du 20 novembre 2012 qui a condamné la pratique de l’auto évaluation.

 Ils déplorent qu’à aucun niveau (ministériel, académique ou départemental) les CHS CT n’aient été saisis par l’administration pour étudier les conséquences de la mise en place de nouvelles technologies, comme la législation l’exige pourtant.

 En conséquence, les syndicats SNUDI FO 43 et SNUipp FSU 43 appellent les collègues à suspendre leur participation à cette formation M@gistère tant que l’administration n’a pas répondu aux divers problèmes soulevés.

 Ils demandent à l’administration, par respect pour les personnels, de suspendre également de son côté la mise en œuvre de cette formation M@gistère.

  Les syndicats SNUDI FO 43 et SNUipp FSU 43 proposent aux collègues d’adopter des prises de positions collectives dans les écoles (ou les secteurs) sur le modèle ci-dessous.

 

MODELE DE PRISE DE POSITION A RENVOYER AU SNUipp FSU 43 ou au SNUDI FO 43

 Les enseignants soussignés ….de l’école ( ou du secteur de ...) décident de répondre à l’appel des syndicats SNUipp FSU 43 et SNUDI FO 43. C’est pourquoi ils suspendent leur participation à la
formation M@gistère.

08 octobre 2014

Interdiction du redoublement

  • Les systèmes éducatifs qui ne connaissent pas le redoublement n'ont pas les mêmes moyens, ils ne subissent pas les mêmes attaques !
  • Aucune contrepartie à l'interdiction du redoublement ? Pour le SNUDI FO 50, c'est inacceptable ! La différenciation ? Elle ne peut pas tout compenser !

  • Défendons notre métier en défendant notre statut et nos conditions de travail !
 
Communiqué de la FNEC FP FO :
Un projet de décret visant à enterrer définitivement le redoublement est examiné par le Conseil d’État. Ce décret découle de la loi de refondation et de son article 37 qui n’envisage le redoublement que comme une procédure « exceptionnelle ».

Toute la presse l’admet et ne semble pas s’en émouvoir plus que cela tant il convient d’asséner que le pacte de responsabilité est le seul avenir économique de la France, la suppression du redoublement ferait économiser à l’Éducation nationale 1,6 milliards d’euros, soit la suppression de 6 500 postes d’enseignants.

Alors bien sûr, il convient d’enrober cela de pédagogisme en faisant appel à des spécialistes*, les mêmes qui nous vantaient les mérites du passage de 4,5 jours de classe dans le primaire à 4 jours en 2008, pour vanter exactement le contraire 5 ans plus tard.

Le projet de décret qui abolit le redoublement met en avant « des pratiques pédagogiques diversifiées et différenciées », les « parcours scolaires » et « les PPRE ». Il précise : « La mise en œuvre des modalités de différenciation relève de l’autonomie des établissements. »

Tout cela au nom du socle et de l’inclusion scolaire inscrits dans la loi de refondation de l’école, qui consistent à faire baisser le coût de la scolarisation en faisant baisser le niveau des exigences.

Tout cela dans une situation où les dotations ne permettent pas de faire face à la démographie, où le nombre d’élèves par classe explose, où les RASED ne sont pas reconstitués, où le manque de remplaçants est dramatique, alors que les postes d’assistantes sociales, d’infirmières et de médecins scolaires font défaut dans tous les établissements, toutes les écoles.

C’est ce désengagement de l’État pour tenir les 50 milliards d'économies inscrits dans le pacte de responsabilité qui nuit gravement à la réussite scolaire.

Pour la FNEC FP FO, il s’agit de laisser les professionnels décider au cas par cas s’il faut qu’un élève redouble ou non.

Pour la FNEC FP FO, il serait temps, de la part des politiques de gauche comme de droite ou de certains responsables syndicaux, d’arrêter de suspecter l’enseignant de malveillance vis-à-vis des élèves et d’en faire le responsable systématique de l’échec scolaire.

post_it_l_independance.png* "Les élèves ne sont pas égaux face au redoublement" : en moyenne, les élèves issus de milieux défavorisés ont une probabilité 1,5 fois plus forte de redoubler que ceux issus de milieux favorisés. C’est ce qu’indique une note de l’OCDE dédiée au redoublement, publiée le 23 septembre 2014. Ainsi, selon l’organisation internationale, le redoublement "renforce l’iniquité" au sein des systèmes éducatifs. Supprimez le redoublement, et tous les élèves seront égaux ? Pourquoi ne pas supprimer les notes ? Supprimer l’instruction ? Quelle économie budgétaire serait ainsi réalisée !

Conférence nationale sur l'évaluation : analyse

La Ministre a présenté lors du Conseil supérieur de l'éducation sa "Conférence nationale sur l'évaluation".

Après le débat du 1er octobre, il est être clair que l'évaluation telle que redéfinie dans le projet de socle pose problème au primaire comme au secondaire :

exemple de conclusion du débat du 1er octobre sur l'évaluation positive : généraliser l'évaluation positive est souhaitable, toutefois est-ce possible ? Car les exigences institutionnelles des évaluations et des validations nationales du primaire et du secondaire/DNB existent bel et bien : orthographe d'usage, connaissances  ou compétences notionnelles, techniques opératoires, répertoires mémorisés...
Impossible mais pourtant martelé et mis en avant comme solution aux problèmes de l'école : l'évaluation uniquement positive est un leurre, un terme utilisé à des fins de persuasion, sur lequel le SNUDI  FO 50 se doit d'alerter.
Pourquoi tant d'acharnement à faire passer ces nouveaux rythmes, cette refondation, ce socle ? Défendons nos droits, votons pour des représentants indépendants et porteurs de la défense des droits des enseignants !

Le Snudi FO 50 et sa fédération, la FNEC FP FO, cherchent à alerter sur les conséquences d'un tel débat sur l'évaluation et sur les visées ministérielles, en rappelant quelques principes simples. Cliquez-ci-dessous :

Déclaration FNEC FP FO Conférence évaluation.pdf

 

post_it_je_vote_fo.png

 

 

Vous pouvez si vous le souhaitez consulter la présentation de la Conférence par le Ministère...

Présentation de la Conférence nationale évaluation.pdf

12 septembre 2014

Parlons du socle commun : le point de vue de FO

Force ouvrière publie son point de vue, à promouvoir, sur le socle commun.pit_2014_rythmes.png

 

Oui au socle commun à l'école !

Non à l'école du socle !

 

Le socle commun vu par FO.pdf

27 mars 2014

FOAD : la formation loin de nous

Entre réunions de formation à FOAD repoussées à deux reprises et déni de service de plusieurs semaines en février/mars, les PE sont servis !
Le Snudi Force Ouvrière de la Manche dénonce plusieurs éléments de Magistère/FOAD :
  • FO s'oppose à l'indigence des parcours de formation proposés : une seule formation pour la plupart des circonscriptions ! Pourquoi ne pas nous laisser choisir parmi les dizaines de parcours déjà élaborés au niveau national ? Le Snudi FO, syndicat de la fédération Force Ouvrière de l'Enseignement, de la culture et de la formation professionnelle, rappelle l'idée de toute formation continue : elle doit dépasser le cadre des besoins immédiats et doit pouvoir couvrir les projets de carrière des enseignants... Pourquoi attendre des années d'appropriation des parcours par les équipes de circonscription pour pouvoir disposer (peut-être) librement d'un catalogue de formations ?
  • Avec FOAD, 6h de formation continue = 4h30 de formation continue... Inacceptable ! Détail d'un parcours dit de 6 heures : 3 heures de formation devant l'ordinateur + 1 heure 30 de préparation personnelle et mise en oeuvre en classe + 1 heure 30 de retour en circonscription avec le conseiller pédagogique responsable de la formation => 1h30 de mise en oeuvre ne peuvent pas être défalqués du temps de formation continue proprement dit.
  • Les problèmes techniques : configuration de son ordinateur perso (si on en a un), configuration de l'ordinateur de l'école, configuration d'un autre ordinateur de l'école parce qu'il est pris par un collègue... Et souvent, FOAD ne fonctionne plus le lendemain sur le même ordinateur ! Combien de PE ont réussi à valider l'intégralité du parcours proposé cette année !
  • Isolement : les collègues de campagne ou de petites écoles urbaines déplorent la diminution des animations pédagogiques, moments de travail, de réflexion et de partage de connaissances dans la convivialité. On peut craindre un isolement encore plus important des maîtresses et maîtres nommés à la campagne ou dans les toutes petites écoles.
  • Efficacité : renoncer aux animations pédagogiques caractérisées par de multiples échanges en présence ? Apprendre seul devant son ordinateur perso ou le midi à l'école ? FO refuse ce recul de la formation continue ! 
  • Problématique juridique : en nous rendant à notre école hors temps de classe pour "avancer" notre formation Foad (un mercredi après-midi, un samedi matin, un jour de vacances...), serons-nous couverts par notre administration en cas d'accident ?
  • L'évaluation : aucune évaluation n'est prévue... pour l'instant. On peut toutefois observer que pour certaines formations spécifiques et formations de corps d'inspection, Magistère est déjà utilisé pour la validation de certains items... De plus, la Confédération générale du travail Force ouvrière connaît bien la multiplication de situations où les travailleurs sont conduits à valider des formations à distance dans deux buts : premièrement pour étendre les responsabilités des travailleurs (pour nous ça pourrait se traduire par l'obligation d'enseigner telle ou telle nouvelle matière ou thématique (l'anglais par exemple) ou pourquoi pas un moyen de pression pour aller enseigner dans un nouveau niveau de classe... avec in fine pour but de sanctionner ceux qui ne remplissent pas leurs objectifs. Concrètement, les IEN pourraient venir en inspection avec la liste des formations suivies sur plusieurs années, l'historique des connexions, et demander à voir les résultats, évaluer les PE sur la base de cet aller-retour surveillé par la circonscription, enfin reprocher tel ou tel bilan de séance parce qu'on a pourtant suivi la formation...

 

Image allongee elections 2014