Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 janvier 2018

Mobilisation : non aux réformes du Bac et à Parcours sup

Une large intersyndicale appelle à la mobilisation (grève, manifestations...)

jeudi 1er février 2018

contre la réforme du Baccalauréat et celle de la sélection à l'entrée à l'Université.

Bac-Sup - Appel de la Coordination nationale de l'éducation 01-02-2018.pdf

 

Décryptage...

 

Le 1er février : mobilisation nationale intersyndicale
A l’appel des fédérations FNEC-FP FO, FERC-CGT, FSU, SGL,
Solidaires étudiant-e-s, SUD Education, UNEF, UNL

Appel de la Coordination nationale de l'Education à la mobilisation du 1er février


Les personnels sont appelés à la grève contre ce programme de régression


Pierre Mathiot, responsable de la mission ministérielle sur le lycée et le
baccalauréat, a remis au ministre le 24 janvier son rapport « Un nouveau
baccalauréat pour construire le lycée des possibles ». Que préconise-t-il ?

Toujours plus d’autonomie

C’est le principe qui préside ce rapport. Dans la continuité de la réforme du
collège et du DNB, Pierre Mathiot affirme « Nous ne croyons pas que le
nouveau lycée puisse être construit à partir d’un cadre national détaillé duquel
il serait difficile de s’échapper. » Les Conseils d’administration de chaque
lycée pourraient alors, au nom de la « juste prise en compte des singularités
des territoires et de l’autonomie éclairée des établissements », proposer leurs
propres « Majeures ». Dans ces conditions, le Bac ne peut être que local et
n’a plus rien d’un diplôme national.

Menace sur les disciplines

La scolarité du lycéen se déroulerait autour d’un tronc commun (appelé « unité
générale ») composé de quelques disciplines et enseignements dont le
volume passerait progressivement de 25 heures à 12 heures entre le premier
semestre de la Seconde et la Terminale ; une « unité d’approfondissement et
de complément » avec le choix des majeures, des mineures obligatoires et
une mineure optionnelle ; enfin 2 à 3 heures d’accompagnement. Les
enseignements communs sont censés former un « ensemble de
compétences » et « correspondre aux attendus de l’enseignement
supérieur ». Les mêmes attendus qui, dans le cadre du « plan étudiants »,
visent à instaurer la sélection à l’entrée de l’université.
D’un semestre à l’autre, d’une année sur l’autre, le lycéen pourrait changer
ses majeures, ses mineures… Et si l’établissement n’est pas en capacité de
proposer toutes les combinaisons, Pierre Mathiot a la solution : « dès lors que
les lycées pourront définir une partie de leur offre de formation du cycle
terminal, il nous paraît opportun de suggérer que cela puisse être organisé en
réseau d’établissements. » Cela programme la fin de la carte scolaire et la
multiplication des compléments de service et des fermetures de postes en
fonction de l’attractivité de tel ou tel lycée à tel ou tel moment.

Menace sur les postes, concurrence accrue entre les personnels

Aucun horaire disciplinaire n’est plus garanti, ce qui menace des milliers de
postes et le risque de voir se multiplier les compléments de service au gré des
choix locaux : « le lycée, selon les modalités et l’ambition de son pilotage
interne, peut devenir encore plus autonome, notamment dans l’utilisation de 
sa dotation horaire globale ». A la rentrée 2018, ce sont déjà 2600 postes aux concours qui
sont supprimés. Les premières estimations évaluent à 25 000 le nombre de postes que cette
réforme pourrait supprimer. Ce serait la contribution de l’Education nationale à l’objectif
gouvernemental de supprimer 120.000 de postes de fonctionnaires sur le quinquennat.

Un statut des enseignants à géométrie variable !

Pour les rendre compatibles avec l’organisation du lycée par semestres, le rapport n’exclut
pas « que la variation possible des heures de services soit encadrées et modérées (exemples
: de 16 à 20 heures pour un certifié, de 13 à 17 heures pour un agrégé) » (p.29). Des
obligations réglementaires flexibles pour des enseignants flexibles, au gré des besoins
locaux ! Le rapport persiste et signe : ne pas toucher au statut conduirait à « amoindrir la
liberté de choix des élèves. » (p29). L’obstacle à l’instruction, ce serait le statut des
enseignants !
Le rapport Mathiot poursuit, sans les citer, les orientations de la loi Peillon de 2013 et son
continuum allant du lycée à l’enseignement supérieur. Ainsi, Pierre Mathiot propose que les
professeurs de lycée enseignent à l’université pour « établir des passerelles solides entre les
deux mondes ». Mutualiser les ressources humaines du secondaire et du supérieur !
Alors que les COP et ex-DCIO ont été contraints de fusionner dans un corps unique de
Psychologues de l’Education nationale (soi-disant valorisant), que les fermetures de CIO se
poursuivent, le rapport défend l’idée d’une certification pour les professeurs (PP ou non) qui
suivraient l’orientation des élèves. Il s’agit ni plus ni moins que du transfert complet des
missions des personnels d’orientation aux professeurs.

Le Baccalauréat, diplôme national, premier grade universitaire : la cible à abattre

Le rapport accuse le Baccalauréat sous sa forme actuelle de tous les maux : « monstre
organisationnel », « complexe », « lourd », « chronophage ». La solution ? Des épreuves
ponctuelles en première et terminale comptant pour 40%. Le conseil pédagogique (que le
rapport recommande d’ouvrir aux parents, aux élèves élus, aux partenaires extérieurs...)
endosserait alors le rôle d’« instance d’arbitrage ». Quant au « Grand oral » sur des sujets
pluridisciplinaires définis localement : 15% ! C’est la même logique que le DNB qui consacre
l’évaluation du socle commun et les choix locaux. 75% des résultats obtenus par les élèves
pourraient être pris en compte dans l’application Parcoursup : c’est bien le baccalauréat
comme diplôme national qui serait remis en cause.

Pour défendre le baccalauréat, nos disciplines, nos postes, notre statut, l’avenir
de nos élèves : tous en grève le 1er février !

L’interfédérale nationale FERC CGT, FNEC FP-FO, FSU, SUD Solidaires, et les
organisations de jeunesse SGL, Solidaires étudiant-e-s, SUD Education, UNEF, UNL
appellent à la mobilisation le 1er février pour l’abandon du « plan étudiants » et le maintien du
baccalauréat comme diplôme national et premier grade universitaire garantissant l’accès de
tous les bacheliers sur tout le territoire aux filières post bac et aux établissements de leur
choix.
Les appels se multiplient dans de nombreux départements et académies pour appeler
l’ensemble des personnels à la grève.
Le SNFOLC appelle les personnels à réunir en heures d’information syndicale, en
assemblées générales pour répondre à l’appel de l’interfédérale décider la grève le 1er février.

La FNEC FP-FO a déposé un préavis de grève : elle sera reçue par le ministre le 1er
février.

Le soir même, l’interfédérale nationale se réunira pour décider des suites de la
mobilisation pour gagner.

(lire ce communiqué SNFOLC en pdf)

contact Académie de Caen : fnec.caen@gmail.com

contact national : snfolc.national@fo-fnecfp.fr - 01.56. 93. 22. 44 - www.fo-snfolc.fr

Mobilisation pour les EHPAD 30/01/18

La situation dans les maisons de retraite/EHPAD est devenue intolérable pour les salariés, mais aussi pour les résidents.

c'est pourquoi, à l'initiative de FO (fédération des services publics et de santé privé-public), une grande journée de grève et de manifestations aura lieu le MARDI 30 JANVIER.

nous-mêmes, nos parents ou grand-parents, nous sommes tous susceptibles d'être confrontés à la maltraitance qui découle de l'intolérable insuffisance de moyens.

aussi l'Union Départementale FO soutient cette action, et demande à tous les syndicats FO de la Manche de se mobiliser solidairement.

Deux rassemblements auront lieu mardi 30 janvier à 14H00 :

- à SAINT-LÔ devant le Conseil Départemental 

- à CHERBOURG devant la sous-préfecture

avec demande que des délégations intersyndicales soient reçues.

Ci-dessous le communiqué commun et un tract.

39.appel-14_12_17_greve-ehpad.pdf

42.ehpad-appel-aux_residents - Manche.pdf

16 janvier 2018

Rassemblement à Cherbourg-en-Cotentin

Appel à rassemblement des personnels (enseignants, ATSEM...) et des usagers (parents d'élèves)
mercredi 17 janvier à 17h30 devant la Mairie de Cherbourg-en-Cotentin.

Pour protester contre la méthode de la Mairie et pour faire valoir, sur le fond, le respect des avis des conseils d'écoles et la revendication du retour massif à la semaine de 4 jours.

Pour le SNUDI F.O. Manche, il est plus que temps pour tous les enseignants de faire respecter le statut de fonctionnaire d'Etat et l'égalité républicaine !

Appel intersyndical à lire ici.

Pétition du SNUDI F.O. pour le retour à 4 jours pour toutes les écoles sur un calendrier national de 36 semaines.
Cliquez ici pour signer la pétition directement en ligne.
Cliquez sur l'image pour la télécharger.

capture-petition.jpg

15 janvier 2018

Après les enseignants référents, les ERUN

Le ministère s'est engagé à intervenir auprès des recteurs pour que chaque enseignant référent handicap (ERH) reçoive une IMP (Indemnité pour Mission Particulière) à 2500 €.
Depuis des mois, a eu lieu une mobilisation des personnels qui refusent une indemnité individualisée (IMP) pour un travail identique ! Une mobilisation soutenue par FO qui s’oppose à l’individualisation de la rémunération. 
À leurs côtés, le SNUDI F.O. n’a cessé de dénoncer, avec sa fédération, la FNEC-FP-F.O., et avec le SN-FO-LC (syndicat national FO des lycées et collèges), le principe des IMP créées avec la réforme du collège rejetée par l’immense majorité des enseignants de collèges. FO, en complète cohérence avec son vote contre le décret (*) au CTM du 8 mars 2017, est intervenu dès le 9 mars et systématiquement pour les 2500 € pour tous.
La seule garantie du maintien des 2500 € reste l’abrogation des IMP. 
Pour autant, le SNUDI F.O. n’oublie pas que l’engagement du ministère d’intervenir auprès des recteurs pour que chaque référent reçoive une IMP à 2500 € est une mesure conservatoire qui n’efface pas le décret. En effet, le décret initial n’est pas modifié. Qu’en sera-t-il l’an prochain et toutes les années suivantes ? Le SNUDI F.O. restera vigilant. (lire le communiqué complet)

Concernant les ERUN (ex-Matice), si nous estimons qu’un tel régime indemnitaire (IMP) est injuste pour l’égalité de traitement des personnels et qu’une réelle augmentation des salaires serait plus juste et égalitaire, l'intersyndicale nationale demande cependant, dans un premier temps, de respecter les engagements pris par l’administration après concertation avec les organisations syndicales. 
La CGT Educ’action, le SNUDI F.O. et SUD éducation demandent donc de prendre les dispositions auprès des rectorats pour que les Enseignant·es Référent·es Unité Numérique (ERUN), mais également toutes les catégories de personnels touchant ces IMP à taux variable, perçoivent le taux maximal de l’IMP de 2500 €... (lire la lettre intersyndicale au Ministre)

10 novembre 2017

Contrats aidés : communiqué après l'audience au Ministère

Communiqué de presse intersyndical FO, FSU, UNSA, CGT, CFDT à la suite de la réunion au Ministère.

CP%20unitaire%20emploi%20aide%CC%81s%2010%2011%202017.pdf

capture-contrats-aides-06.jpg

09 novembre 2017

Mobilisations du 16/11/17 : Communiqué départemental intersyndical

2017 11 16 Tract intersyndical MANCHE.pdf

10 octobre 2017

Manifestation pour la Fonction publique

MARDI 10/10, obtenons 10/10 en venant tous dans la rue !

Pour les manifestations, affichettes SNUDI F.O. à imprimer, agrandir, plastifier : à télécharger ici

Rappel des points de rassemblement département de la Manche :
RDV à Cherbourg : 10h30 devant la Mairie
à Saint-Lô : 10h30 devant la Mairie
à Avranches :

  • Conférence de presse à 9h30 le 10 à l'UL FO d'Avranches avec la CGT.
  • 10h30 Blocage du rond point en face de la mairie, prise de paroles et distribution de tracts

 

 

03 octobre 2017

10/10 : Préavis de grève

Le préavis de grève déposé par la FGF-FO couvre toutes catégories de fonctionnaires du lundi 9 octobre à 20 heures au mercredi 11 octobre 2017 à 8 heures.

Pour les enseignants devant élèves du premier degré, le Service minimum d'accueil (SMA) impose de déclarer son intention de grève jusqu'à vendredi 06/10 à minuit --> retrouvez toutes les explications en cliquant sur la petite image ci-dessous :

formulaire-dsden50-capture-email.jpg

 

 

Pour consulter le préavis de grève, cliquer sur l'image :

capture-preavis-greve-fgf-fo-10-10-17.jpg

 

28 septembre 2017

Fonction publique : tous en grève le 10 octobre

Baisse continue du pouvoir d’achat, remise en cause du statut général des fonctionnaires, dégradation des conditions de travail, stigmatisation des fonctionnaires, quatre raisons majeures de faire grève et de préparer la riposte pour faire reculer le Gouvernement.

Pouvoir d’achat : Le 17 avril 2017, dans une lettre ouverte aux agents de la Fonction publique, le candidat à l’élection présidentielle Emmanuel Macron écrivait : « j’introduirai davantage de rémunérations au mérite… plutôt que des mesures générales qui s’appliquent à tous de la même manière ». Résultat : GEL de la valeur du point d’indice pour 2018.

Il indiquait également « j’augmenterai votre pouvoir d’achat, comme celui des salariés des entreprises : vous paierez moins de cotisations et votre salaire net sera augmenté d’autant ». FAUX !

Ce tour de passe-passe lié à l’augmentation de la CSG n’était qu’un leurre : les fonctionnaires verront au mieux l’augmentation de la CSG totalement compensée, au pire seulement partiellement.

Statut général des fonctionnaires :

  • Décorrélation de la valeur du point d’indice suivant les versants de la Fonction publique, suppressions des soi-disant obstacles statutaires, recrutement par contrat, système de retraite universel, autant d’annonces mettant clairement en péril le statut général des fonctionnaires et le code des pensions civiles et

Dégradation des conditions de travail :

  • Les 120 000 suppressions de postes sur le quinquennat et la suppression massive des contrats aidés vont entrainer de nouvelles surcharges de travail, avec les risques psychosociaux qui en découlent et dégrader davantage le service rendu à l’usager.

Stigmatisation des fonctionnaires :

  • La réinstauration du jour de carence en cas d’arrêt maladie va renforcer le mal-être des agents au travail. Il va créer une inégalité supplémentaire entre les agents publics et les salariés du privé (couverts à 70 % par des accords collectifs). Il va également contribuer à paupériser un peu plus les agents

FO Fonction publique rappelle son rejet d’une vision de l’avenir de la Fonction publique et de ses services se réduisant au dogme permanent de la réduction de la dépense publique. A cela, elle oppose ses revendications : 

  • Défense du statut général des fonctionnaires et des statuts particuliers,
  • Augmentation immédiate de 16% de la valeur du point d’indice pour compenser la perte de pouvoir d’achat depuis
  • Non à l’augmentation de la CSG et pour le financement de la protection sociale par les cotisations
  • Arrêt des    suppressions    de     postes    et     titularisation    des    non-titulaires    et des contrats-aidés
  • Non au jour de carence
  • Amélioration des carrières
  • Préservation du Code des pensions civiles et militaires (CPCM) et de la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL)

 

Pour défendre la Fonction publique, nos statuts, les garanties collectives, notre pouvoir d’achat et nos retraites :

Tous en grève et en manifestations

 

Téléchargez ici et diffusez le tract de la FGF-FO (Fédération Générale des Fonctionnaires FO) :

capture-tract-fgf-10-10-17.jpg

 

 

17 septembre 2017

Ordonnances : Mobilisation du jeudi 21 septembre

Voici les horaires des manifestations du jeudi 21 septembre :

Avranches à 17h30 place de la mairie (débat public)
Coutances à 12 h place de la mairie
Cherbourg à 10h30 place de la mairie
Saint-Lô à 10h30 place de la mairie

L'affiche intersyndicale de la mobilisation du 21/09 :

21-09-2017 Affiche IS Manche.jpg

 

Communiqué de la FNEC FP FO :

Mardi 12 septembre, les salariés ont clairement et massivement exprimé leur volonté et leur détermination à se mobiliser contre les ordonnances Macron qui poursuivent et aggravent la loi El-Khomri.
Dans la Manche, la mobilisation du 12 septembre a été importante : près de 4000 manifestants (3000 à Cherbourg, 300 à Saint-Lô, 200 à Granville, 200 à Avranches, 150 à Coutances...). Dans les manifestations, les syndicats FO de la Fédération Enseignement-Culture-Formation-Professionnelle FO (FNEC-FPFO) ont exprimé les revendications de FO pour l’abrogation de la loi Travail et le retrait des ordonnances.

Avec les projets d’ordonnances le gouvernement veut aller jusqu’au bout des exigences patronales de destruction de toutes les garanties collectives des salariés, du public comme du privé, pour la baisse du coût du travail.
Dans la fonction publique, il est clair que les intentions du gouvernement sont de transposer les ordonnances Macron : inversion de la hiérarchie des normes, c’est-à-dire casse des statuts, fusion des IRP, c’est-à-dire suppression des CHSCT, voire des CAP de corps et donc remise en cause de la place des organisations syndicales qui défendent les droits des agents.

Avec les ordonnances et derrière les ordonnances, il y a le blocage du point d’indice, la «réforme» de l’assurance-chômage et de la formation professionnelle, la casse des retraites et du code des pensions civiles et militaires.
La FNEC-FP FO confirme son appel à tous les personnels de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la Culture, de Jeunesse et sports et de l’AFPA, à se mobiliser avec tous les salariés du privé comme du secteur public pour mettre en échec les projets d’ordonnances.

Les salariés viennent de démontrer qu’ils n’acceptent pas que leurs garanties collectives et statutaires soient remplacées par l’arbitraire local et l’individualisation. Ils viennent de démontrer que leur volonté est intacte pour établir le rapport de force.
La FNEC-FP FO confirme son soutien à tous ses syndicats qui, le 21 septembre avec les Unions Départementales FO entendent se mobiliser par des manifestations, des rassemblements, par la grève, contre les ordonnances Macron et pour les revendications.
La FNEC-FP FO a déposé un préavis de grève pour permettre à tous les personnels de l'éducation et de la culture de rejoindre les manifestations du 21 septembre.

Nous vous invitons à envoyer votre déclaration préalable d'intention de faire grève jusqu'à ce soir minuit (lundi 18/09 minuit), instructions dans le menu de gauche ou ci-dessous.

09 septembre 2017

Ordonnances : grève le 12 septembre

Pour le communiqué départemental FO d'appel à la grève : cliquer ici.

Pour le communiqué départemental intersyndical FO FSU SUD CGT UNL : cliquer ici. 

 

 

26 janvier 2017

2e mobilisation pour les ATSEM

Le SNUDI FO soutien les revendications des ATSEM : les Atsem sont appelées à se mobiliser le 1er février.TRACT - ATSEM - TEMPS DE TRAVAIL.pdf

ATSEM - Préavis de grève adressé à Annick GIRARDIN Ministre de la FP pou....pdf

ATSEM - Préavis de grève adressé à Bruno LE ROUX Ministre de l'Intérieur....pdf

14 décembre 2016

Soutien du SNUDI FO 50 aux ATSEM en lutte

FO et la CGT ont déposé un préavis de grève pour la défense des revendications des ATSEM ; elles manifesteront à Paris ce mercredi 14 décembre après-midi.

ATSEM-14-déc-Communiqué de soutien SNUDI FO MANCHE def.pdf

ATSEM- Tract national 14 DECEMBRE 2016.pdf

ATSEM - preavis de grève pour le 14 décembre 2016 adressé à Bernard CAZENEUVE.pdf

ATSEM - preavis de grève pour le 14 décembre 2016 adressé à Annick GIRARDIN.pdf

12 décembre 2016

ATSEM : Soutien du SNUDI FO 50

Consultez le communiqué de soutien aux ATSEM en lutte, grève et manifestation dans la Manche ce mercredi 14 décembre 2017.

ATSEM : Communiqué du SNUDI FO de la MANCHE.pdf

11 décembre 2016

ATSEM en lutte : mobilisation 14 décembre

Manifestation le mercredi 14 décembre 2016

Concernant la Région Parisienne, le Rassemblement se tiendra devant le Ministère de la Fonction publique
à 11h place Edouard Herriot – Métro, ligne 12 Assemblée Nationale

Communiqué intersyndical FO-CGT-FAFPT à lire ici

08 novembre 2016

Vidéo discours d'Hubert Raguin.

Discours en vidéo d'Hubert Raguin, Secrétaire général de la Fédération Enseignement Culture Formation Professionnelle FO au Congrès de Gravelines.

12 septembre 2016

Grève interprofessionnelle du 15 septembre : l'intersyndicale ne lâche rien

drapeau-nous ne lachons rien 15-09-16.jpg

 Déclaration de grève à envoyer jusqu'à mardi 13 à 9h (marche à suivre : cliquer ici ).

tract.JPG

 

04 juillet 2016

Loi El Khomri : Rassemblement 5 juillet.

Le souffle ne nous manque pas

2016-07-05 Rassemblement loi travail.jpg

 

29 juin 2016

Votation citoyenne #LoiTravail

26 juin 2016

Quand la CFDT défendait les accords de branche

23 juin 2016

CTM du 16 juin : le Ministre impose son projet de décret malgré 10 votes contre sur 15.

Comité technique ministériel du 16 juin :

Projet de décret modifiant le décret de 2008 des PE

La ministre passe outre le vote contre majoritaire de 10 voix sur 15 FO, FSU, CGT, FGAF…

C’est la méthode du 49-3 !

 

La ministre étend les obligations de service des PE au-delà des 36 semaines de classe sur toute l’année

Le décret proposé inscrit notre temps de service sur « l’année scolaire » nouvellement définie comme s’étendant « du jour de la rentrée des élèves au jour précédent la rentrée suivante ».

C’est la logique qui a présidé au décret Hamon pour nos collègues du 2nd degré.

Ainsi tous les enseignants du 1er degré pourraient se voir imposer une amplitude de travail au-delà des 36 semaines de classe actuelles, sur la totalité de l’année, par le biais de la multiplication de situations dérogatoires déjà prévues par plusieurs décrets pour avancer vers la mise en place des 1 607 heures annualisées.

 

Une emprise plus grande du PEdT (article 3) à travers la mention explicite du POJET D’ECOLE, qui, de son côté, est régit par des circulaires qui renvoient au PEDT… Ce renforcement des territoires dans le service public d’éducation, prôné dans le récent rapport Cartron sur les rythmes, c’est la logique de l’inversion de la hiérarchie des normes du projet de loi El Khomri rejeté par la majorité de la population et dont FORCE OUVRIERE demande le retrait avec la CGT, la FSU, SUD, l’UNEF, l’UNL et la FIDL.

 

La multiplication sans fin des tâches dans le cadre des 108 heures annualisées : Si la plupart de ces missions figuraient dans la circulaire ministérielle de 2008 sur les 108 heures, assimilables à de simples recommandations, leur inscription dans le décret leur retire toute souplesse dans l’exécution pour les rendre contraignantes.

 

Les enseignants de pénitentiaire et en ESMS se voient imposer 108h supplémentaires (les 108 heures annualisées) sans aucune contrepartie financière : le Ministère adopte la logique du nivellement par le bas.

 

Une multiplication de sous-catégories territorialisées : une nouvelle catégorie de PE qui pourrait « exercer des missions particulières », définies « à l’échelon académique ou départemental» et bénéficier « d’un allègement de leurs obligations de services », lui aussi défini localement sans critère précis.

 

Malgré le vote contre FO ; FSU ; CGT et FGAF (seuls l’UNSA et la CFDT votant pour), la ministre a décidé de publier le décret.

Pour le SNUDI-FO, la décision ministérielle s’inscrit dans l’attitude plus générale du gouvernement qui décide de passer outre la volonté des salariés, des fonctionnaires, voire de la majorité de la population, en cherchant à graver dans le marbre la remise en cause du code du travail, du statut général de la Fonction publique et des statuts particuliers, notamment celui des enseignants du 1er degré.

22 juin 2016

Manifestation du 23 juin : Communiqué de J.-Cl. Maily

Cher(e)s camarades,

Dès l’annonce, ce matin, par la Préfecture de police de Paris de l’interdiction de manifester à Paris le
23 juin, le secrétaire général de FORCE OUVRIERE, en accord avec celui de la CGT, a pris l’initiative de
demander un rendez-vous rapide au Ministre de l’intérieur, qui a répondu favorablement.
Les deux secrétaires généraux se sont donc rendus au Ministère, à 11 heures, rencontrer Bernard
CAZENEUVE.
La discussion a été serrée et républicaine, tout en confrontant nos contingences réciproques. Le Ministre
insistant sur la fatigue des forces de l’ordre – ce que nous expliquons à FO depuis longtemps – nous a
proposé un parcours plus sécurisé.
Nous en avons parlé ensuite avec les 5 autres organisations dans le mouvement qui ont accepté la
proposition.
Ce faisant, nous faisons respecter une liberté fondamentale au même titre que la liberté de négociation, à
savoir, la liberté de manifester.
La manifestation est donc autorisée sur le parcours proposé, les unions régionales finalisant les
modalités, cet après-midi, avec la Préfecture de police.
Par ailleurs, nous avons obtenu le droit de manifester sur des modalités à déterminer le 28 juin.
Ce qu’il faut retirer de cet épisode, c’est qu’entre personnes responsables, de bonne volonté et
déterminées, quand le dialogue s’instaure, une solution peut être trouvée.
Ce serait bien qu’il en soit de même sur le cœur du dossier, à savoir le projet de loi travail.

Amitiés syndicalistes.


Jean-Claude MAILLY
Secrétaire général

08 juin 2016

Votation citoyenne #LoiTravail

Vous avez la parole :

 

06 juin 2016

14 JUIN : Préavis de grève

Préavis de grève Fonction publique (Christian Grolier à Annick Girardin, Ministre de la Fonction publique) :

2016-06-02 LETTRE A MFP PREAVIS DE GREVE 14 juin 2016.pdf

01 juin 2016

Loi Travail : un nouvel élan avec plus de salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi, retraités dans l’action !

La votation citoyenne organisée par les 7 organisations
syndicales doit permettre à tous les salarié-e-s, jeunes,
privé-e-es d’emplois, retraité-e-s et citoyen-ne-s
de s’engager dans la mobilisation.
PARTICIPEZ-Y EN DÉPOSANT LE BULLETIN DE VOTE !

Communiqué de lancement de la votation citoyenne

Rassemblement le 2 juin
Cherbourg au pont tournant de 12h00 à 14h00
et signature de la votation citoyenne
sur le marché et dans les entreprises (tract)

27 avril 2016

28 AVRIL : RETRAIT de la Loi travail

Motion de l’AG de l’UD FO Manche du mardi 26 avril 2016

Après-demain, les syndicats FO de la Manche seront mobilisés comme le 31 mars pour exiger le
retrait du projet de « loi Travail ».
Ce projet est à l’évidence le projet de régression sociale le plus grave de ces dernières décennies, et
un symbole de la politique libérale menée par le gouvernement au nom du patronat et des directives
européennes.
Si le gouvernement essaie de réformer et de réécrire le code du travail, ce n’est pas pour créer plus
d’emplois ni pour accorder plus de sécurité aux salariés comme il le prétend, mais pour supprimer
toutes les contraintes et offrir toutes les libertés aux entreprises, au nom de la rentabilité et du profit.
L’objectif de cette loi Travail : livrer des pans entiers du droit du travail, définis collectivement par
des décennies de luttes et de négociations, à la seule volonté des chefs d’entreprise. Selon eux, le
code du travail, les conventions collectives, les statuts, et donc les droits collectifs des travailleurs
sont des freins à l’emploi et la cause du chômage ! C’est pourquoi Gattaz pour le MEDEF demande
au gouvernement de les supprimer.
La loi Travail, c’est la fin de la hiérarchie des normes et du principe de faveur, qui fait que
s’appliquent les dispositions les plus favorables du code du travail, de la convention collective ou de
l’accord d’entreprise.
A la place, un modèle qui n’a plus rien de social et qui assurera la suprématie de la négociation au
niveau de l’entreprise, là où les salariés sont les plus vulnérables. Un modèle qui sous-traite aux
employeurs la quasi totalité du droit du travail.
La loi Travail, si elle est votée, réduirait en miettes le principe républicain de l’égalité de traitement
et des droits collectifs pour livrer les salariés au chantage permanent, aux pressions, à la précarité,
au chacun pour soi.
Le contrat de travail est un lien de subordination entre le salarié et le patron, compensé et
rééquilibré par le code du travail, les conventions collectives, et les accords d’entreprise.
La contre-réforme organisée par le gouvernement, c’est la remise en cause de ce rééquilibrage du
rapport de force dans l’entreprise.
Ils veulent imposer un modèle libéral : la « soumission librement consentie », comme chez Smart
où les salariés ont «volontairement» consenti, le pistolet sur la tempe, à travailler plus pour gagner
moins.
Alors, ce qui s’est passé chez Smart en 2015, et qui a servi de laboratoire à la remise en cause du
code du travail, serait demain, avec la loi Travail, la règle pour l’ensemble des travailleurs du privé
et ensuite du public.
Ce qui est donc en jeu avec ce projet de loi, c’est la disparition pure et simple d’un ensemble de
droits collectifs applicables à tous les salariés quel que soit leur lieu de travail, quelle que soit la
taille de leur entreprise.
Mais aussi ce qui est en jeu :
- ce sont les 35 heures qui ne seraient plus qu’une simple référence
- c’est la durée quotidienne et hebdomadaire qui pourra être augmentée
- c’est la majoration des heures supplémentaires qui pourra être diminuée
- c’est le temps de travail qui pourra être modulé sur 3 ans : disparition des heures supplémentaires
- ce sont les salaires qui pourront être négociés uniquement tous les 3 ans
- c’est la généralisation des accords de chantage à l’emploi : on pourra choisir entre moins de droits
et son emploi
- ce sont les licenciements économiques qui seront encore facilités et simplifiés
- c’est le licenciement abusif légalisé
- c’est la médecine du travail qui disparaîtra peu à peu.
La loi Travail, c’est demain chacun pour soi, chacun dans son coin !
La loi Travail, c’est chaque salarié seul face à son patron, aux pressions, au chantage à l’emploi !
Alors oui, avec la jeunesse qui parle de son avenir, aujourd’hui c’est « FO Manche debout » pour
dire : retrait de la loi travail !
Et nous devons dès maintenant, partout où c’est possible, discuter des suites et des formes à donner
pour bloquer le pays si le gouvernement persiste et ne retire pas son projet.
Adoptée à l’unanimité avec 1 abstention
Hauteville sur Mer – 26/04/16

motion FO Manche 2016.pdf

25 avril 2016

TOUS EN GREVE LE 28 AVRIL !

  • La déclaration préalable doit parvenir à l’Inspection 48 heures à l’avance au moins, comprenant un jour de classe (jour ouvré).
    • Grève un lundi jeudi soir dernier délai
    • Grève un mardi vendredi soir dernier délai
    • Grève un mercredi dimanche soir dernier délai
    • Grève un jeudi lundi soir dernier délai
    • Grève un vendredi mardi soir dernier délai
  • La déclaration préalable peut être adressée par courrier par mail académique ou par télécopie.
  • Si vous envoyez votre courrier par la poste, attention aux délais d’acheminement.
  • La déclaration doit indiquer le nom et le prénom et la date de la grève déterminée par le préavis de grève.
  • Rien n’oblige d’utiliser un modèle fourni par l’administration qui demanderait plus de renseignements que la simple déclaration individuelle.
  • Le directeur n’a pas à faire de déclaration par école.
  • Sont concernés par cette déclaration préalable tous les collègues responsables d’une classe.
  • La déclaration d’intention n’oblige en rien le collègue à se mettre effectivement en grève.
  • Conservez un double en cas de litige.

 

 

Tract intersyndical pour la grève et manifestation du 28 avril.

Pour le RETRAIT pur et simple du projet de loi travail dit "El Khomri".

Cherbourg : 10h30 statue de Napoléon.

tract 28 avril 2016 intersyndical.pdf

29 mars 2016

Tract MANCHE 31 MARS

Le tract MANCHE 31 MARS d'appel à la manifestation pour faire reculer le gouvernement !

http://50.force-ouvriere.org/Tous-en-greve-contre-La-Loi

 

Tract_Manche_V2_310316.jpg

23 mars 2016

31 mars : Retrait de la loi El Khomri !

Le Bureau du SNUDI FO 50 exige le retrait du projet de loi travail El Khomri.tract-FNEC-31-tous-concernes.jpg

Cette loi s'attaquerait à la fois :

- aux salariés du privé contre toutes les garanties collectives en les soumettant à la plus grande exploitation patronale,

- aux salariés du public avec la mise en place du PPCR (Parcours professionnel des carrières et rémunérations) dans la Fonction publique.

- pour tous, privé et public, la mise en place du CPA (Compte personnel d'activité) qui donnera à tous les salariés un parcours individualisé, incompatible avec la défense de leurs droits collectifs par les syndicats.

Il invite tous les collègues à se réunir dans leurs écoles, à examiner le tract et la plaquette 4 pages d'analyses ci-dessous pour préparer ensemble et participer à la grève inter-professionnelle appelée le 31 mars avec la confédération FO et les syndicats appelant au retrait de la loi El Khomri.

double greve 31-03-2016.jpgLe syndicat invite les retraités, les syndiqués disponibles à participer sous les banderoles FO aux manifestations des lycéens et étudiants qui se mobilisent aussi pour le retrait de cette loi. Ce sont les salariés de demain, ils sont donc directement concernés par cette loi. Et comme syndicat enseignant, nous avons la responsabilité de les soutenir et les protéger.

Attention : renvoyez avec votre email académique la déclaration préalable d'intention de grève (formulaire ci-dessous) avant vendredi 25 à minuit.

FNEC-tract%2031%20mars.pdf

4%20pages%20Loi%20travail.pdf

formulaire-greve-dsden50.pdf

rassemblement heure coins450.jpg

09 mars 2016

4 pages spécial Projet de loi El Khomri : ni amendable, ni négociable

Avec ce 4 pages spécial FO, faites-vous une idée précise de ce qu'est réellement le projet de loi "El Khomri" :

4%20pages%20Loi%20travail.pdf

 

Image allongee elections 2014