Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2017

3e appel d'offres

Message du 7 juillet sur les boîtes Iprof :


Vous trouverez ci-joint en annexe la liste des postes proposés.
Le retour des candidatures est demandé sur papier libre par courriel pour
le vendredi 18 août 2017 dernier délai, au service ressources humaines de
la DSDEN de la Manche (dsden50-srh11@ac-caen.fr).

3eme appel d'offres complementaires.pdf

 

06 février 2017

CAPPEI : une remise en cause de la formation spécialisée et des statuts

Au nom de l’inclusion, l’enseignement spécialisé est menacé !

 

CAPPEI : une remise en cause de la formation spécialisée et des statuts

 

Trois projets de textes (décret et arrêtés) ont été présentés au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), permettant la mise en place du Certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive (CAPPEI). De quoi s’agit-il ? Une nouvelle certification, commune au premier et second degré, en lieu et place du CAPA-SH et du 2CASH.

 

  • Vote sur le projet de décret : 36 Pour, 18 Contre, 4 abstentions, 8 rppv
  • Vote sur le projet d’arrêté : 30 Pour, 18 Contre, 12 abstentions, 5 rppv
  • Vote sur le projet d’arrêté relatif à l’organisation de l’examen pour l’obtention du CAPPEI :
    25 Pour, 24 contre, 4 abstentions, 12 rppv

 

FORCE OUVRIERE a voté contre les projets de textes.

 

La mise en place du CAPPEI se traduirait par la disparition des spécificités par option donc l’existence même des postes spécialisés. Le nombre d’heures de formation serait réduit de manière drastique. Et rien n’interdit que les enseignants du premier et du second degré soient contraints d’exercer de manière indifférenciée sur tout type de poste spécialisé.

Le ministère a beau répondre à FO que les textes présentés ne concernent que la formation et le projet de nouvelle certification, et non les postes et les structures… aucune garantie n’est donnée aux personnels.

De l’aveu même du Ministère, ces projets s’inscrivent « dans le cadre de la Modernisation de l’action publique ». La MAP, c’est précisément le cadre de gestion des finances publiques mis en place par le gouvernement en 2012 (après la RGPP) pour réaliser plusieurs milliards d’euros d’économie de dépenses.

Les personnels ne sont pas dupes : structures spécialisées, SEGPA, EREA… tout devrait passer à la moulinette de l’inclusion ! Y compris les RASED puisque les projets de textes sur le CAPPEI ne prévoient que quelques heures aux options E et G. En réduisant à la portion congrue la formation des aides spécialisées, le rôle même des RASED est remis en cause. Inacceptable.

Comme l’a déclaré la FNEC FP-FO lors du CSE du 26 janvier : « cette nouvelle certification, avec la disparition des options A-B-C-D-E-F-G au profit de personnel ressource ne répond pas aux revendications des personnels et s’inscrit dans le processus de fusion de corps. Pour la FNEC FP FO le maintien d'un enseignement adapté à la difficulté et/ou au handicap de chaque élève nécessite le maintien de tous les postes spécialisés, de toutes les classes et structures spécialisées. »

 

Décret « ITEP » : Les établissements spécialisés en ligne de mire

 

Le projet de décret relatif au fonctionnement en dispositif intégré, présenté au CSE, vise à appliquer l’article 91 la loi « santé » dite de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016.

 

  • Vote sur le projet de décret : 22 Pour, 42 Contre, 4 Abstentions

 

Pour le Ministère, il s’agit d’un « décret contraint » puisque la loi est « prescriptive ». L’objectif serait d’apporter « une plus grande souplesse dans le parcours de formation et l’accompagnement ».

FORCE OUVRIERE est intervenue en séance pour dénoncer le fait que cette « souplesse » conduirait à ce qu’un élève orienté en ITEP puisse être transféré dans une SEPGA, un EREA ou une ULIS sans autre forme de procès que l’accord des autorités académiques formalisée par une simple convention. Et sans que la CDAPH soit saisie et émette un avis. C’est bien un processus de déréglementation, et la poursuite de la destruction des structures spécialisées.

 

Le principe d’inclusion scolaire de la Refondation apparait chaque jour davantage pour ce qu’il est :  un moyen de fermer les structures spécialisées, de remettre en cause les SEGPA, les EREA, la formation spécialisée avec le CAPPEI en lieu et place du CAPA-SH et du 2CA-SH, de réduire la rémunération des enseignants spécialisés pour appliquer l’austérité y compris à l’enseignement spécialisé.

 

 La FNEC FP-FO revendique :

 

  • Abandon des projets de textes présentés au CSE du 26 janvier
  • Abandon du projet de circulaire sur les EREA/ERDP
  • Maintien d’un enseignement adapté à la difficulté et/ou au handicap des élèves
  • Maintien de tous les postes ASH, de toutes les classes et structures spécialisées
  • Maintien du CAPA-SH, du 2CASH avec toutes leurs options

 

Abandon de la loi Montchamp de 2005, abandon de la loi de refondation de l’école

 

Contacts Manche

1er degré : snudifo50@gmail.com

2nd degré : snfolc50@gmail.com

PLP : snetaa-caen@wanadoo.fr

 

Télécharger ce communiqué en pdf

17 novembre 2016

CTSD de bilan de rentrée 2016

Lire la déclaration des élus FNEC FP FO de la Manche:

- sur les écoles

- sur les collèges

 

 

Ci-dessous notre compte rendu (à venir) :

 

- l'administration prétend défendre les écoles en supprimant à terme les RPI déconcentrés

- point sur les EVS d'aide à la direction d'écoles

- listes d'attente pour les ULIS, IME, etc.

Spéciale inclusion

Le SNUDI FO prend acte de la volonté du Ministère et de l'IA d'installer l'inclusion dans les habitudes des PE. Nous pensons qu'il faut aussi permettre de parler à tous les niveaux des problèmes que peut poser l'inclusion dans le contexte d'austérité et d' "autonomisation" de l'Education nationale et de mise en cause des établissements spécialisés. Professeurs des écoles, vous êtes malheureusement de plus en plus nombreux à être confrontés quotidiennement à des effets collatéraux qui touchent les élèves, et les conditions de travail des personnels. Rapprochez-vous du syndicat pour toute question relative à l'inclusion.

Brochure 4 pages inclusion_scolaire_2016.pdf

Projet de fusion du CAPA-SH et 2-CAPA-SH en CAPPEI : Lettre d'Hubert Raguin à Najat Vallaud Belkacem.pdf

SNUDI FO - Communiqué ASH.pdf

18 octobre 2016

XIIe Congrès du SNUDI FO à Gravelines

Résolution générale du XIIe Congrès du SNUDI FO réuni à Gravelines dans le cadre du XVIIe Congrès de la FNEC FP FO : SNUDI FO RÉSOLUTION GÉNÉRALE Gravelines 2016.pdf

02 juin 2016

EREA : 1er juin, 200 PE au ministère pour exiger le maintien des postes d’EEI en EREA

A l’appel de la FNEC FP FO, du SNUipp FSU, de la CGT et de SUD, deux cents collègues des EREA de
tout le pays se sont rassemblés près du ministère pour exiger le retrait de la note de service de la
DGRH et le maintien de tous les postes de PE éducateur en internat d’EREA (EEI).
Une délégation composée du SNUDI FO, du SNUipp FSU, de la CGT, de SUD et d’un PE éducateur
des EREA de Bourg en Bresse, de Claix, de Muret, de Redon a été reçue par le conseiller social de
la ministre et par des représentants de la DGRH.

La détermination des personnels est intacte

FO a indiqué que les nombreuses grèves, les rassemblements, les pétitions, motion diverses qui se
sont multipliées depuis la rentrée attestent de la détermination des personnels d’EREA à obtenir
le maintien de tous les postes d’EEI (Enseignant éducateur en internat) dans les EREA.
Ce 1er juin, étaient présentes des délégations des EREA de l’Ain, d’Ille et vilaine, de Haute Garonne,
de Savoie, de l’Essonne, de Loire Atlantique, de l’Isère, des Deux Sèvres, de l’Oise, de Seine
maritime … La preuve est faite que jouer le pourrissement ne fera pas renoncer les personnels.

L’existence des EREA est en jeu

Le profil particulier des élèves orientés en EREA nécessite que les surveillances de nuit soient
assurées par des PE qualifiés et spécialisés pour assurer à ces élèves le suivi et l’encadrement adapté
dont ils ont besoin, y compris la nuit. Remplacer des PE spécialisés par des assistants d’éducation
exposerait ces élèves et les personnels à des situations potentiellement dangereuses et à une
dégradation de leurs conditions d’accueil. C’est l’existence même des internats éducatifs et plus
largement des EREA qui est en jeu.
Le CHS CT M du 30 mai a adopté un voeu (FO FSU ont voté pour ; l’UNSA s’est abstenue)
demandant le maintien des postes d’EEI en EREA.

La ministre est restée sourde

Le conseiller social après avoir « entendu la demande » et « réaffirmé l’attachement du ministre
à la structure EREA » a renvoyé à une prochaine réunion entre le 7 et le 15 juin pour :
aborder la question des missions des PE éducateurs en internat d’EREA
les procédures d’orientation des élèves en EREA
la pédagogie dans le projet d’établissement
« à l’image de ce qui a été fait pour les SEGPA » a-t-il précisé !

Maintien de tous les postes d’EEI sans condition !

Pour FO le maintien des postes d’enseignant éducateur d’internat en EREA ne peut être conditionné
à l’ouverture de discussions sur les missions de ces personnels. Les PE éducateurs en
internat d’EREA appartiennent au corps des PE et à ce titre leurs ORS ne peuvent pas être
définies en référence à leurs missions sauf à vouloir préparer leur sortie du corps des PE.

1607 heures annualisées dont le contenu et l’organisation serait défini EREA par EREA
comme la précisé le représentant de la ministre au CHS-CT Ministériel du 30 mai.
C’est la logique de l’inversion de la hiérarchie de normes du projet de loi El Khomri. Pour
FO c’est inenvisageable !
FO invite tous les personnels des EREA à se réunir pour réaffirmer l’exigence, sans
condition, du maintien de tous les postes de PE Educateur en Internat d’EREA, à
transmettre ces motions à la fédération d’ici le GT du 7 juin.
Montreuil le 2 juin 2016

communiqué en PDF

20 mai 2016

Les appels d'offre rentrée 2016.

Mouvement 2016 : parution des circulaires et formulaires relatifs à l'appel à candidature sur postes ASH, directions et postes à compétences particulières.

ASH-Notice appel d'offre.pdf

ASH-Liste des postes vacants.pdf

ASH-Fiche reponse.pdf

 

DIRECTIONS-Notice appel d'offre.pdf

DIRECTIONS-Liste des directions vacantes.pdf

DIRECTIONS-Fiche reponse.pdf

 

POSTES A PROFIL-Notice et liste des postes a competences particulieres.pdf

 

Pour joindre le SNUDI FO : 07 82 97 25 81 ou snudifo50@gmail.com

18 avril 2016

EREA Robert Doisneau : les personnels obtiennent satisfaction !

Communiqué du lundi 18 avril 2016

EREA Robert Doisneau de Saint-Lô

À 11h ce matin, la revendication des personnels de conserver tous les postes de PE n'avait pas reçu de réponse pendant les vacances, le Dasen avait même confirmé que le Recteur ne voulait pas annuler la nomination de surveillants sur 2 des 3 postes de Professeurs des écoles-éducateurs.

Les personnels ont alors décidé de se placer en grève dès 14 heures.

À 15h, le DASEN a convoqué les PE-éducateurs de l'EREA et les a  informés que le Recteur venait de revoir sa position…

À 15 HEURES, LE RECTEUR A CÉDÉ :

LES 3 POSTES DE P.E. SERONT OCCUPÉS PAR DES P.E. !

Grâce à la détermination des personnels PE-éducateurs et des organisations syndicales Snudi FO, Snuipp Fsu, Sud Solidaires, Se-Unsa et Sgen-Cfdt, après une première concession le 4 avril (réaffecter un PE sur l’1 des 3 postes), le Recteur et le Dasen se sont donc engagés ce lundi 18 avril à pourvoir les 3 postes par des PE.

Les personnels n'ont pas hésité à se mettre en grève pour faire valoir leur revendication.

Les personnels et le SNUDI FO, qui demandaient que tous les postes soient maintenus et pourvus par des PE, ont été entendus.

FO constate que l'avenir de l'internat éducatif de l'EREA reste flou : deux des 3 postes n'étant pas passés au mouvement principal, ils seront pourvus à titre provisoire. Le Ministère, dans une logique d'austérité et de nivellement par le bas, tient à remplacer les PE-éducateurs par des contrats d'AED (surveillants/vie scolaire).

Pour le SNUDI FO, la question de la mobilisation au plan national reste entière.

le communiqué version PDF : 2016-04-18 EREA COMMUNIQUE.pdf

22 février 2016

AVS-AESH : création du diplôme DEAES

Les textes portant création d'un Diplôme d'Etat d'Accompagnant éducatif et social sont parus. Le monde de l'éducation attendait depuis longtemps ce premier pas vers la reconnaissance du métier d'AES mais il reste de nombreux flous.

Le texte apporte peu de précisions sur la formation (le niveau de qualification est celui des CAP/BEP) et peu de garanties : notamment le caractère rétroactif de la formation n'est pas affirmé or, pour FO, il n'est pas question de ne pas offrir la formation aux AESH déjà en place.

Le problème de la précarité n'est pas réglé : d'une part, les enveloppes pour recruter en CDI sont trop réduites, d'autre part, il faut aux AESH un statut de fonctionnaire, pas des contrats de travail.

Consultez le décret relatif au DEAES : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JOR...

Consultez l'arrêté relatif à la formation des AESH : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JOR...

05 février 2016

Carte scolaire 2016 : les mesures pour la rentrée 2016.

Cliquez ici pour consulter les dernières mesures  d'ajustement du 2 septembre 2016 (réouvertures après comptages, etc.).

 

Consultez ici la Carte scolaire du 5 février 2016.pdf (tenant compte des modifications prononcées par le CDEN de la Manche vendredi 5 février)

 

Compte rendu du CTSD de la Manche du 4 février 2016

Après lecture des déclarations préalables, les représentants du personnel ont souligné le caractère étonnamment précoce de la carte scolaire.

A la rentrée 2016, la Manche perdrait (prévisions) 509 élèves, avec -183 élèves en maternelle, -331 en élémentaire et +5 en ULIS-écoles, ces derniers passant à 460.

BILAN ouvertures/fermetures :

 

Carte%20scolaire%20COMPLETE%20du%205%20f%C3%A9vrier%202016%20%28bilan%20capture%29.png

Les autres mesures sur les emplois d'enseignants, quelques créations de postes insuffisantes, ne feront pas baisser les effectifs, ne soulageront pas les équipes ou les répartitions...

La question des moyens alloués aux directeurs (décharges, contrats aidés...), pointés dans notre déclaration, n'a pas été débattue durant le CT.

 

RASED :

Le Dasen crée 3 postes de maîtres E destinés à rééquilibrer l’intervention des Rased. Ces postes seront basés à Saint-Pierre-Eglise (pour permettre au maître E basé sur le REP voisin de n’intervenir qu’en REP), Périers et Saint-Hilaire-du-Harcouët.

Pour FO, c’est dans l’épaisseur du trait, c’est insuffisant. Le manque de personnels Rased est toujours une réalité. Toujours aucune création de maître G... La question des budgets de déplacement en baisse évoquée en 2015 risque de poser des problèmes.

 

PDMQDC (Maîtres +) :

Deux nouveaux postes sur Cherbourg-en-Cotentin (implantation non révélée).

 

BRIGADES :

Pour aider à couvrir les nouveaux besoins en formation continue (en lien avec le projet d’école, au moins une journée par an, par école ou bassin d’écoles, avec formateurs divers CPC, MF, voire PEMF) : projet de création de 10 postes de brigades départementales (rattachement non dévoilé).

+1 poste pour les congés de formation (projets professionnels…).

 

MATICE :

+1/2 poste par bassin nord/centre/sud.

 

Autres dispositifs : +1/2 poste d’enseignant référent, projet de création d'un poste concernant les élèves très perturbateurs, création d'1/2 poste de coordonnateur des AVS, suppression du poste « gens du voyage » rattaché à l’école d’Agneaux et création de celui de l’école l’Yser de Saint-Lô, -1 poste à Canopé Saint-Lô, pas de projet de création de poste de professeur de service éducatif ou culturel.

Le Dasen a donné des éléments sur le projet de dispositif visant à renforcer le choix de l’allemand en LV2/5e : certains professeurs d’allemand en sous-service (rappelons la suppression de toutes les classes bilangues du département sauf une) et surtout certains enseignants du primaire pourraient intervenir auprès de classes de cycle 3 (CM1, CM2 et 6e). 10 maîtres sont « habilités » en allemand sur la Manche, dont 6 affectés en élémentaire ; tous les maîtres intervenant ne seraient pas forcément habilités en langue allemande (dispositif de découverte culturelle autant que linguistique).

 

Vote sur les mesures de carte scolaire du 04/02/2016 (2 élus absents) :

Pour : 0

Contre : SUD, FO (3)

Abstention : CFDT, UNSA (3)

Ne prend pas part au vote : FSU (2)

 

Lire notre Déclaration préalable FO

 

15 décembre 2015

Motion EREA Bourg en Bresse

Motion EREA Bourg en Bresse

adressée à tous les EREA de France, aux collèges et LP de l’Ain

Première réponse : motion EREA des Landes

 

Motion des personnels de l’EREA de Bourg en Bresse (Ain) le 7/12/2015

 

Les personnels de l’EREA de Bourg en Bresse, syndiqués FO et non syndiqués, réunis ce lundi 7 décembre 2015 ont fait le tour de la situation.

Ils confirment l’appel lancé le 30 novembre 2015 à Bourg en Bresse à tous les EREA de France et ils enregistrent que la discussion pour la défense des EREA a commencé à se mener dans les EREA.

Ils rappellent que la note de service non réglementaire interne au ministère datée du 14/10/2015 organise de fait la disparition des professeurs des écoles enseignants éducateurs en internat (EEI) en EREA pour les remplacer par des assistants d’éducation précaires.

C’est inacceptable !

Ce projet marque le début de la destruction de la structure EREA.

Les personnels réunis ce jour décident de s’adresser à tous les personnels des collèges et LP de l’Ain pour les informer.

En effet, la destruction programmée de la structure actuelle de l’EREA ne sera pas sans conséquences sur les conditions d’enseignement déjà difficiles dans les collèges et LP ordinaires.

A cela s’ajoute le processus de transformation – disparition de la Segpa enclenché dès la rentrée 2016 pendant de la réforme territoriale locale du collège imposer de manière autoritaire par le ministère.

Informés de l’appel à la grève nationale dans les collèges le mardi 26 janvier 2016 lancé par l’intersyndicale nationale, (SNES FSU, le SNEP- FSU, SNFOLC, le SNETAA FO, SFSDPEP FO, CGT, CGT de l’enseignement privé, SNALC, SNCL, SIES, CFE CGC, SUNDEP Solidaires et SUD),

les personnels de l’EREA réunis ce jour pensent que :

L’organisation de la grève unie, la grève
puissante, la grève majoritaire

le 26 janvier n’est-elle pas à l’ordre du jour ?

 

Si la ministre encore une fois ne cède pas, la nécessité de tout bloquer par de la grève unie jusqu’au retrait de

ses funestes projets sera posée.

Par ailleurs, les personnels de l’EREA envoie une délégation pour lire ce message lors du rassemblement organisé par le SNUDI FO 01 et la CGT Educ’action 01 ce mercredi 9 décembre à 14h30 devant l’IA à Bourg en Bresse contre la nouvelle dégradation des obligations de services de tous les enseignants du 1er degré et pour l’arrêt des ingérences des mairies (rythmes scolaires).

Les personnels demandent que la question de l’EREA de Bourg en Bresse et des EREA de l’Académie soit abordée auprès de la rectrice lors du Comité Technique Académique du 15/12/2015.

 

LANDES

Motion enseignants-éducateurs de l’EREA de St Pierre du Mont

 

Après lecture de la note de service de la DGRH du Ministère datée du 14 octobre 2015,

Après la réponse du Recteur de Bordeaux lors du Comité Technique Académique du jeudi 3 décembre 2015 à une question de FO qui demandait quelle suite il entendait donner à cette note de service dans l’Académie de Bordeaux, à savoir : « J’appliquerai les consignes ministérielles »,

Nous, enseignants-éducateurs de l’EREA de St Pierre du Mont (Landes), syndiqués au SNUDI-FO, au SNUipp-FSU et non-syndiqués, réunis par le SNUDI-FO 40, faisons nôtre l’appel de l’EREA de Bourg en Bresse du 30 novembre 2015.

 

Nous appelons toutes les directions syndicales nationales à revendiquer auprès du Ministère, dans l’unité la plus large possible :

Le retrait de cette note de service non réglementaire ;

Le respect et le maintien de toutes les missions assurées par des Professeurs des Ecoles Enseignants Educateurs d’Internat – EEI- en EREA, y compris les nuitées ;

Le maintien de tous les postes d’EEI en EREA et le non remplacement des EEI par des Assistants d’Education – AEd -pour le service de nuit ;

Le retrait du décret Hamon du 20 août 2014, soumettant les PE en ULIS-SEGPA et EREA au cadre des 1607 heures et aux missions des enseignants du second degré ;

Le versement de l’ISAE à tous les PE exerçant en ASH.

Les EEI de l’EREA de St Pierre du Mont appellent tous les personnels, enseignants et                             non-enseignants, de l’EREA à se mobiliser pour la défense des EREA, auxquels le MEN entend s’attaquer, à leur spécificité depuis leur origine (ENP), à savoir, les missions de l’internat éducatif confiées à des enseignants du 1er degré spécialisés.

A travers cette attaque, c’est bien les EREA eux-mêmes qui sont menacés.

Si le MEN devait persister dans cette orientation, c’est la grève des 80 EREA en France qui est à l’ordre du jour.

Adoptée à l’unanimité

02 novembre 2015

AESH/AVS : Rassemblement et demande d'audience

Dans la Manche, le rassemblement prévu le mercredi 4 novembre à 14h30 à Saint-Lô devant la DSDEN50 sera suivi d'une audience auprès de M. Lhuissier, Inspecteur d'Académie. Un préavis de grève national couvre les personnels enseignants ou AESH la journée entière.

 

A l'attention de M. l'Inspecteur d'Académie de la Manche,

Dans le cadre de la journée nationale pour les AESH/AVS, nous souhaiterions vous rencontrer sur les problématiques habituelles de ces personnels précaires, pourtant si essentiels au bon fonctionnement quotidien de l'Ecole.

En effet, ceux-ci ont de réelles problématiques concernant leur place dans le système éducatif :

  • L'annualisation des contrats AESH ;
  • Le renouvellement des contrats AESH ;
  • Des salaires scandaleusement bas : entre 590 et 940 euros pour les temps partiels ;
  • Les années prises en compte pour la CDIsation ;
  • La formation diplômante annoncée.
Enfin, l'intersyndicale pose deux axes pour résorber cette précarité et permettre aux collègues AESH d'exercer sereinement leur travail :
  • Dans l'urgence, l’embauche des personnels en CDI AESH ;
  • L'ouverture de négociations pour la titularisation de tous par la création d'un corps de la Fonction Publique.

Une délégation constituée par des personnels et des représentants de l'intersyndicale CGT, FO, FSU et SUD éducation sera disponible le mercredi 4 novembre à 15h00 pour vous exposer les revendications des personnels.

Dans l'attente de votre réponse, veuillez agréer, M. l'Inspecteur d'Académie, notre attachement au service public de l'Education nationale.

L'intersyndicale

 

Co-voiturage au départ de Cherbourg  : parking Sernam (à côté de la gare SNCF) à 13h30.

Pour contacter le SNUDI FO 50 (enseignement primaire) :
Tel : 07 82 97 25 81
Mail : snudifo50@gmail.com

Pour contacter le SNFOLC 50 (enseignement secondaire) :
Tel : 06 63 04 69 70
Mail : snfolc50@gmail.com

16 octobre 2015

Documents CTSD 15/10/15

Pour ce CTSD de "bilan de rentrée dans la Manche" du 10 octobre 2015,

la FNEC FP FO de la Manche a fait la déclaration suivante :

CTSD50 15 oct. Déclaration FNEC définitive.pdf

 

L'administration avait envoyé les documents officiels suivants :

PREMIER DEGRE

Document n°1 effectifs dans les écoles publiques.pdf

Document n°2 Evolution des effectifs par bassin...

Document n°3 zonages en aires urbaines (donnees INSEE...

Document n°4 Liste des mesures par actions.pdf

Document n°5 Constat des effectifs dans les écoles...

document n°6 Les effectifs en ULIS.pdf

 

SECOND DEGRE

document n°7 évolution des effectifs collèges.pdf

document n°8 effectifs par bassins.pdf

document n°9 effectifs SEGPA et ULIS.pdf

document n°10 DHG septembre 2015.pdf

document n°11 synthèse budget collèges.pdf

document n°11 bis IMP.pdf

document n°12 AED AESH.pdf

document n°13 recencement des PPI.pdf

 

 

Conférence sur l' "Inclusion" : une mise au point nécessaire ?

Le "flash" de formation voulu par l'IA-Dasen au sujet de l'inclusion s'est déroulé pour plusieurs circonscriptions. 

Des centaines de collègues ont plus ou moins sagement assisté (de 17h à 19h15) à un exposé sur l'histoire et les chiffres de l'ASH, et à une projection sur la différenciation dans l'école inclusive.

Un premier élément qui ressort de ce moment d'acculturation, c'est que l'administration va demander aux enseignants d' "inclure" de plus en plus d'élèves en situation de handicap, y compris des handicaps lourds, a priori sur des journées entières, pourquoi pas à plein temps...

Aux exigences extrêmes de l'inclusion s'ajoutent bien sûr nos 20 ou 30 élèves habituels, avec ou sans handicap... Préparons-nous à réaliser l'impossible, la "casserole" est proche de déborder !

L'administration exprime l'idée qu'il y a trop d'AVS/AESH dans la Manche, que c'est un point négatif du département, pour les élèves inclus eux-mêmes bien sûr...

L'IEN explique aussi que la précarité des AVS/AESH, leur turn-over contraint est plutôt positif pour les élèves (!).

Pour FO : gardons-nous de faire un amalgame entre nécessité pédagogique d'amener les élèves à être autonomes d'une part, et statut précaire des AESH d'autre part ; il n'y a pas de lien entre les deux : on peut condamner que les affectations soient faites en dépit des besoins de l'élève tout en défendant la fin de la précarité des AESH...

Enfin, on a rappelé qu'il existe des aides pour la mise en oeuvre de l'inclusion : quelques ouvrages et les compétences des enseignants spécialisés des ITEP que nous pouvons solliciter par exemple par le biais des conseillers pédagogiques.

  • Pour FO, il est nécessaire de souligner que jusqu'à preuve du contraire, les enseignants d'ITEP ne sont pas des formateurs !
  • Pour FO, prendre en charge et enseigner à des élèves autistes ou à TED (troubles envahissants du développement) n'est pas un métier en soi mais nécessite de très solides compétences, qui ne s'acquièrent qu'avec un dispositif de formation très conséquent. Il ne suffit pas de décréter que les enseignants spécialisés sont des personnes-ressources pour régler cette question de la formation. Finalement, ce sont tous les PE qui devraient être formés à ce degré poussé de compétence en différenciation, étayage, capacité à innover en didactique...
  • Pour FO, il faut faire la promotion des structures existantes et lutter contre les engorgements à la source, en rétablissant des budgets légitimes pour l'avenir de l'école : ULIS-écoles, IME, SEGPA, ITEP, etc.
  • Pour FO, il faut soutenir les moments d'inclusion les plus fréquents possibles, reconnaître le professionnalisme des enseignants, laisser la liberté aux équipes de mettre en place les projets d'enseignement qui maximisent l'inclusion, mais en aucun cas il ne faut imposer l'inclusion massivement aux écoles !
  • Pour FO, il temps de revenir à une formation basée sur le partage de l'expérience et qui ne soit pas qu'un moment de transmission répondant aux besoins de l'institution.
  • Pour FO, il est urgent d'associer largement les personnels ASH avant tout, en proposant fréquemment des temps de concertation ASH par circonscription, sous forme de conférences pédagogiques spéciales ASH par exemple...

 

  • Pour FO, il est grand temps de poser les bases d'un statut de fonctionnaires pour les AVS/AESH, à l'instar des AVS "fonctionnaires territoriaux" de Cherbourg-Octeville, qui existent depuis plus de 15 ans ! Avec Sud, la Cgt et la Faen, FORCE OUVRIERE lance un appel intersyndical à un rassemblement en ce sens le 4 novembre téléchargeable ci-dessous.

screenshot-aesh.JPG

02 juillet 2015

Circulaire Segpa : dernier GT

Le ministère a réuni le dernier GT (groupe de travail)

pour finaliser la circulaire sur les Segpa

 

La FNEC-FP-FO était représentée par ID-FO, le SNETAA-FO et le SNUDI-FO.

FO a fait remarquer que si la nouvelle circulaire diffère sensiblement des deux précédentes, il n’en reste pas moins que ce nouveau projet ne peut toujours pas nous convenir puisque l’essentiel demeure, à savoir la volonté de transformer la structure Segpa en dispositif inclusif permettant la dilution des missions et des statuts spécifiques des différentes catégories de personnel exerçant dans les collèges.

 

FO a souligné que cette circulaire s’inscrit totalement dans la réforme du collège dont, avec la FSU, la CGT, SUD et le SNALC, elle demande l’abandon.

FO a également souligné que, malgré les affirmations du maintien de la structure Segpa, notamment de la classe de 6ème les faits et les chiffres prouvent tout le contraire.

Ainsi dans certaines académies la fermeture massive de 6ème de Segpa est déjà programmée. Si on ferme des 6ème de Segpa, il est clair que c’est toute la structure qui est menacée.

Par ailleurs, le nombre de départs en stage CAPA-SH option F est en constante diminution. Ainsi en 2007-2008, il y avait 390 départs, en 2014-2015, le nombre était de 162 et pour la prochaine rentrée, le MEN prévoit 149 départs !

Quant aux formations au DDEEAS, on est passé de 116 départs en  2007-2008 à 34 départs pour la rentrée 2015 !

On comprend mieux pourquoi il faut favoriser « une meilleure inclusion des élèves » qui permet au ministère de restreindre de manière significative l’enveloppe budgétaire consacrée aux élèves les plus fragiles du système scolaire au risque d’aggraver la précarité de ces jeunes et de leur famille.

 

Un dispositif inclusif pour aller vers
l’éclatement des classes de collège

Ainsi la circulaire propose un fonctionnement où les élèves de Segpa seraient « accompagnés dans leurs apprentissages par les PES, soit dans leur groupe au sein de la Segpa, soit dans les temps d’enseignement dans une autre classe du collège appelée classe de référence, soit dans les groupes de besoin ».

La circulaire prône la co-intervention « qui permet au professeur de la discipline de travailler une compétence (et non plus une connaissance) et à l’enseignant spécialisé d’apporter un étayage particulier sur cette même compétence aux élèves qui éprouvent des difficultés dont ceux qui relèvent de la Segpa… »

Le chef d’établissement devra être « attentif au fonctionnement inclusif de la Segpa lorsqu’il constitue les emplois du temps des élèves, favorisant notamment l’organisation des enseignements en barrette, la répartition des élèves en divisions hétérogènes et la participation des élèves du collège bénéficiant de la Segpa à l’accompagnement personnalisé et aux enseignements pratiques interdisciplinaires dans leur classe de référence ».

Ce que propose cette circulaire, c’est l’éclatement pur et simple des classes de collège (classes de référence des élèves de Segpa) qui devront accueillir un public d’élèves de plus en plus hétérogènes et de plus en plus difficiles à gérer. 

Comment peut-on croire un seul instant que les élèves de Segpa trouveront une réponse adaptée à leurs difficultés scolaires dans des classes de collège de plus en plus surchargées ?

Comment peut-on croire un seul instant que les PLC, les PLP, les PES pourront assurer leurs missions d’enseignement dans un tel dispositif ?

Pour FO, ce projet ne peut que contribuer à accentuer la cohorte des décrocheurs au sein du collège et à éclater les statuts et les ORS des personnels.

 

Autre sujet de préoccupation pour FO, la question du paiement des heures de coordination et de synthèse.

Le représentant de la Ministre a confirmé la mise en place d’une indemnité forfaitaire annuelle en lieu et place des HSE actuelles qui représentent pour la  plupart des PE, une somme annuelle d’environ 1 800 euros.

FO a réaffirmé son opposition à toute mesure qui aboutirait à une baisse de salaire importante, notamment pour les PESqui sont exclus du paiement de l’ISAE.

Dans un premier temps, le représentant de la ministre, a réfuté les arguments de FO concernant le montant des HSE perçues par les PES, en prétextant que le nombre de collègues qui en bénéficiait était à la marge.

Celui-ci a reconnu, in fine, que la moyenne des HSE se situait autour de 1h30 par semaine. Or, si le ministère persistait à proposer une indemnité forfaitaire de 900 euros par an (comme cela a été proposé dans les fiches du GT5), cela aboutirait à une perte pouvant aller jusqu’à 800 euros par an pour les personnels concernés !

Pour Force Ouvrière, cette circulaire ne prend aucun compte des revendications des personnels.

Lors de ce GT, les représentants FO ont rappelé que s’ils n’avaient pas vocation à co-écrire les circulaires ministérielles, ils avaient le mandat de rappeler leurs revendications :

* reconnaissance et maintien des structures SEGPA

* revalorisation des personnels titulaires du 2 CA-SH et du CAPA-SH et départs en stage à hauteur des besoins

* revalorisation de l’ISS

* rénovation des plateaux techniques sur tout le territoire

* retour à un début de formation professionnelle dès la 3ème de Segpa

* un nombre d’élèves de 16 maximum par division et de 8 par atelier

* le maintien de toutes les 6ème de Segpa

 

Le ministère veut finaliser cette circulaire pour septembre 2015 pour une application à la rentrée 2016 (mise en place de la réforme du collège).

02 avril 2015

SEGPA : Le ministère contraint de "retoquer" son projet

Vers la disparition de la structure Segpa pour aller vers un dispositif d’inclusion
remettant en cause les statuts des personnels !

Les élèves relevant d’une orientation en Segpa seraient directement inscrits dans les classes de 6ème de collège. Les enseignants spécialisés n’interviendraient plus uniquement dans les classes de Segpa mais également dans les classes du collège. La circulaire prévoit « la construction d’une nouvelle professionnalité des équipes en mutualisant les savoir-faire spécifiques de chacun » !

Toutes les modifications inscrites dans ce projet reposent sur la loi de refondation dont la FNEC FP-FO demande l’abrogation. Le cycle CM1-CM2-6ème, la fin du droit au redoublement servent à la dilution des SEGPA au sein des classes du collège.
Les professeurs des écoles spécialisés deviendraient « personnels ressource » dans les collèges, tant en direction des élèves que des professeurs des collèges, dans le cadre des 1607 heures imposé par le décret du 20/08/2014.

Combiné avec la réforme des collèges, un projet dislocateur des statuts

Pour FO, ce projet de circulaire est une atteinte aux statuts des enseignants et tend vers une fusion des corps (déjà bien avancée avec le décret des ORS dans le 2nd degré), qu’ils soient certifiés, PLP ou PE en imposant notamment la co-intervention en classe, l’inspection par un inspecteur d’un corps différent de celui de l’enseignant. (IEN ASH pour les certifiés et PLP, IA IPR pour les PE).
Par ailleurs, la fin du droit au redoublement engendrerait l’arrivée des élèves en 4ème à l’âge de 13 ans, âge qui ne permet ni la formation professionnelle qui existe actuellement en SEGPA ni les stages en entreprise.

En tout état de cause, FO ne cautionnera pas un texte qui met en place l’éclatement de la structure SEGPA et engendrera de fait son extinction conformément à ce qu’annonçait la député Sylvie Tolmont, préconisant de lier l’extinction des SEGPA avec la réforme du collège.

La Ministre contrainte de revoir son projet

La FNEC FP-FO, la CGT, SUD et le SNALC se sont opposés nettement à ce projet. Même l'UNSA (SNPDEN) condamne le projet (« cette circulaire est totalement inapplicable en l’état ») !
Le SE-UNSA a expliqué que ce projet « répond en partie à leurs attentes ... Le Snuipp-FSU s’est dit « favorable à une nouvelle étape pour les Segpa » et considère « qu’il faut impulser et
développer les temps d’apprentissage partagés ».

Le représentant de la DGESCO qui « pensait que le GT était arrivé à un consensus », a fait le constat amer « que l’inclusion ne fait pas l’unanimité » et a été contraint de retirer son projet et revoir sa copie !

Pour la FNEC FP-FO, ce projet de circulaire ne prend aucunement en compte les revendications des personnels mais se situe pleinement dans le cadre des mesures d’économies budgétaires imposées par le Pacte de responsabilité et la loi Macron dénoncés par la confédération FO.

C’est dans ce contexte d’austérité aggravée qui impacte toutes les catégories
professionnelles que la FNEC FP-FO prépare activement la grève interprofessionnelle
appelée par FO – CGT – FSU et SUD, le 9 avril.

le communiqué en PDF

08 octobre 2014

Groupe de travail sur les EREA

(...) La FNEC-FP-FO n’acceptera pas qu’au prétexte d’un manque de formation et de la présence de 50% de personnels non titulaires, le ministère remplace les actuels PE-éducateurs d’internat par des AED (...)

Le compte-rendu complet par la FNEC FP FO ci-dessous :

GROUPE DE TRAVAIL EREA-1.pdf

17 septembre 2014

Infos pratiques : nouvelles plaquettes AVS/AED et AESH.

arton95-avs.jpgMise à jour de nos plaquettes AVS/AED et AESH. N'hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.

 

 

 

Plaquette AVS - AED 2014.pdf

Plaquette AESH 2014.pdf

23 mai 2014

B. Hamon met les deux pieds dans les pas de Peillon !

Le ministre a choisi de s’adresser dans une « lettre aux membres de la communauté éducative », le 21 mai, aux personnels enseignants, non enseignants, parents, élèves, pour dire qu’il choisit de mener jusqu’au bout la politique de la loi de refondation de l’école. Le Premier ministre continue et aggrave la politique d’austérité en application du Pacte de Responsabilité, Benoît Hamon applique.

Ce n’est pas ce qu’attendaient les personnels de leur nouveau ministre. Ils attendaient plutôt qu’il entame les nécessaires discussions pour répondre aux revendications. Ils souhaitaient que cesse ce cycle de réformes, de décrets qui chaque jour détruisent un peu plus l’École et le statut de ses personnels au nom de la refondation.
A l’opposé, B. Hamon choisit de poursuivre les contre-réformes de ses prédécesseurs et de mettre « ses pas dans ceux de V. Peillon » comme il l’avait annoncé lors de sa prise de fonction.

Le ministre confirme dans sa lettre :

-  La généralisation en 2014 des rythmes solaires, ses 5 matinées, ses activités territoriales pédagogiques et la destruction du statut de professeur des écoles qui en découle. Et cela, alors que la réforme est rejetée, que les rassemblements se poursuivent, que la demande d’abrogation est reprise dans toutes les écoles avec l’interfédérale des personnels de l’Etat et territoriaux FO, CGT, SUD qui se réunit à nouveau le 26 mai.

-  La mise en place de l’école du socle et de ses nouveaux programmes en primaire et au collège achevant ainsi la destruction de l’enseignement disciplinaire pour faire place à un enseignement par compétences pour « une culture commune » (…) point de départ pour les élèves « pour poursuivre leur formation tout au long de la vie »*.

-  Les cycles dont celui CM1, CM2, 6ème, les conseils de cycle, mesures qui conduisent rapidement à fusionner tous les statuts des personnels pour aller vers le statut unique d’enseignants des premier et second degrés aux obligations réglementaires de service identiques et aux missions communes.

-  Au nom de l’égalité, la poursuite de la refondation de l’éducation prioritaire, laboratoire de casse du statut national, des horaires, des disciplines.

-  La refondation de la formation des stagiaires dans les écoles supérieures du professorat et de l’éducation avec un recrutement de titulaires à bac + 5 et une perte de salaire mensuel de 400 € alors qu’il manque déjà 800 professeurs de mathématiques et 25% de professeurs des écoles à la session 2014 avancée.

-  Au nom du décrochage scolaire, la politique d’inclusion c’est-à-dire la destruction de l’enseignement spécialisé (SEGPA, EREA, UPE2A, etc.). Plus de 17 000 postes menacés...

-  La poursuite de la régionalisation de l’enseignement professionnel pour adapter « l’offre de formation » aux bassins d’emplois.

Pour FO, Benoît Hamon fait un mauvais choix.

Il eut mieux valu exprimer aux personnels « sa reconnaissance dans leur engagement » en prenant en compte leurs conditions de travail et de rémunération, en respectant leur indépendance pédagogique et leur identité professionnelle, en renonçant aux décrets dont personne ne veut, en ouvrant tout de suite des discussions sur les revendications. Le pacte de responsabilité, d’économies à tous les étages se trouve confirmé dans ces mesures.

Pour FO, mettre ses pas dans et avec l’École de la République ce n’est ni la détruire, ni s’en servir comme variable d’ajustement.

FO appelle les personnels à se réunir, à poursuivre les prises de position pour dire au ministre : retrait de toutes les mesures qui s’inscrivent dans le pacte de responsabilité, augmentation du point d’indice, retrait de tous les dispositifs qui, en s’attaquant aux statuts et missions des personnels, fragilisent l’Ecole de la République. La satisfaction des revendications, c’est agir pour maintenir l’Ecole de la République.

* Projet du Conseil supérieur des programmes rendu public dans Le Monde du 12 mai 2014.

16 mai 2014

Projet de circulaire concernant les personnels des RASED

Le ministère confirme et aggrave
le processus de disparition des RASED

Ce 13 mai, le ministère a présenté aux organisations syndicales un projet de circulaire concernant les missions des
psychologues scolaires et des enseignants spécialisés exerçant dans le cadre des RASED à l’école primaire.
Cette nouvelle circulaire se substituerait à celle définissant les missions des RASED de 2009 (n° 2009-088) ; la
circulaire spécifique des psychologues scolaires (n°90-083) devrait être également abrogée pour une nouvelle
circulaire concernant leurs missions hors RASED.

Un pôle ressource dans la circonscription pour l’aide aux élèves et aux enseignants

Ce projet n’est que le prétexte à la mise en place d’un « pôle ressource dans la circonscription pour l’aide aux élèves et aux enseignants », en lieu et place du rétablissement de RASED complets rattachés aux écoles, prenant en charge les élèves en difficulté. Ce pôle ressource « regrouperait tous les personnels que l’IEN peut solliciter et fédérer pour répondre aux demandes d’aides émanant d’un enseignant ou d’une école (conseiller pédagogique, maître-formateur, animateur TICE, référent handicap, psychologue scolaire, enseignant
spécialisé, enseignant itinérant ayant une mission spécifique…). Les personnels sociaux et de santé peuvent être
associés autant que de besoin à son action », le RASED devenant une des composantes de ce pôle.
Le ministre entend appliquer la méthode de « l’assouplissement des rythmes » aux RASED. L’assouplissement
annoncé est en fait la dilution complète des RASED au sein d’un pôle ressource qui définirait localement, dans la
circonscription, leurs missions. Face au chômage le gouvernement a créé le pôle emploi ; pour accompagner les
5000 suppressions de postes de RASED le ministre invente le pôle ressource.

Des missions définies localement : la territorialisation en marche
De nouvelles missions adaptées au conseil école-collège

Les personnels RASED intégrés au « pôle-ressource » verraient leurs missions définies par le projet de la
circonscription, sur des critères qui ne relèveraient plus de missions nationales définies par décret mais de
missions locales visant à les utiliser comme « pompiers-volants » dans les écoles confrontées à des situations
d’urgence.
Dans ce cadre contraint de l’austérité qui s’oppose aux créations de postes et au rétablissement des RASED,
comment l’IEN, « pilote du pôle », pourra-t-il arrêter les « priorités d’action des personnels RASED » ?
Le projet prépare également l’intégration des RASED dans le cadre des travaux du conseil école collège pour « un
travail de liaison et de coordination permettant le suivi des élèves de 6ème ayant rencontré des difficultés à l’école
élémentaire ».
Le SNUDI FO a indiqué son opposition à ces nouvelles missions du socle CM2 6ième : le ministère devrait plutôt se
concentrer sur la création de tous les postes correspondants (en E, G et psy), répondant à tous les besoins de
l’école primaire, de la maternelle au CM2.

Maintien des personnels RASED dans un réseau implanté dans une école
Un RASED complet pour 800 élèves

Ce projet de circulaire aggraverait la dilution des RASED à court terme et conduirait à la disparition des
spécificités des uns et des autres : maître E, maître G, psychologue scolaire, au profit du dispositif « plus de
maîtres que de classes ».
Attaché à la mission de prévention des personnels des RASED, le SNUDI-FO n’acceptera pas de discuter d’une
nouvelle redéfinition des options du CAPA-SH.
Le SNUDI FO demande que soit confirmée la spécificité de l’option E et G, avec le nombre de départs en formation
à hauteur des besoins, et que les personnels des RASED soient maintenus dans le corps des PE.
Montreuil, le 15 mai 2014

AVS-AED : après le CTM du 13 mai, le combat pour un vrai statut, un vrai salaire, une vraie reconnaissance continue

AVS-AED accompagnant les élèves en situation de handicap

 Après le CTM du 13 mai, le combat pour un vrai statut,
un vrai salaire, une vraie reconnaissance continue

Il y a un peu plus d’un an le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault avait annoncé qu’une mission ferait des propositions pour mettre fin à la précarité des AVS et reconnaître leurs missions. Les résultats avaient été présentés par M. Peillon comme débouchant pour ces personnels sur un « quasi-statut ».

Le projet de décret qui traduit les résultats de la mission dans un cadre réglementaire, présenté hier 13 mai au CTM de l’Éducation nationale ne peut que faire l’effet d’une douche froide pour les 54 000 personnels assurant dans les écoles et les établissements secondaires les missions d’assistance au élèves en situation de handicap.

En fait de quasi statut ils seront contractuels de droit public, à temps partiel

La seule véritable nouveauté est que ceux qui ont plus de 6 ans d’ancienneté auront la possibilité d’obtenir un CDI, toujours à temps incomplet. La précarité est maintenue, la durée des contrats dans la plupart des cas ne dépassera pas un an, renouvelable.

Ils resteront en conséquence dans leur immense majorité rémunérés 700 € brut par mois, ce qui chacun le comprend est insuffisant pour vivre.

Les perspectives d’augmentation de salaire se limitent sur toute la carrière à 250 € brut (125 € en réalité dans le cas d’un mi-temps). Aucune grille nationale, aucun rythme d’avancement n’est de plus défini tion seront donc totalement individualisées, le ministère se contentant de « recommandations sans portée réglementaire ».

Les critères d’évaluation définis par arrêté ministériel affichent des exigences multiples, voir démesurées, allant de la maîtrise technique de l’accompagnement des élèves en situation de handicap aux capacités d’expression écrite et orale, d’innovation, d’analyse, de synthèse et de résolution des problèmes. Ils sont inversement proportionnels au niveau des salaires et à la reconnaissance des missions, et ne peuvent en conséquence que favoriser l’arbitraire et les pressions.

La perspective de la création d’un diplôme de niveau IV (baccalauréat) n’est toujours pas à l’ordre du jour le ministère campant sur le niveau CAP.

Pour la FNEC FP-Force Ouvrière, les emplois civils permanents de l’État doivent être occupés par des fonctionnaires, conformément au statut général de la Fonction Publique (article 3 de la loi 83-634). En conséquence nous revendiquons pour les AVS-EVS assurant les missions d’accompagnement des élèves en situation de handicap leur intégration au statut de la fonction publique.

La FNEC FP-FO a donc exprimé son désaccord avec le projet présenté, qui maintient la précarité, ne permettra donc pas de stabiliser les personnels et n’offre aucune perspective salariale aux personnels. Il crée de surcroît un précédent pour toute la fonction publique, en mettant en place une catégorie de personnels contractuels à temps partiel pour assurer des missions permanentes. Elle a demandé la réouverture du dossier.

Force Ouvrière a donc voté contre ce projet de décret. L’UNSA et la CGT ont également voté contre, la FSU et SUD se sont abstenus, et le SGEN-CFDT a voté pour.

Force Ouvrière entend ainsi  poursuivre la défense individuelle et collective des 54000 AVS-EVS et porter leurs revendications pour un vrai statut, un vrai salaire, une vraie reconnaissance de leurs missions.

06 mai 2014

Projet de décret et de circulaire ministérielle concernant les AESH*

* AESH = accompagnant des élèves en situation de handicap


Lors de la réunion qui s’est tenue au ministère de l’Education nationale le 10 avril dernier, un projet de décret portant sur les conditions de recrutement d’accompagnant des élèves en situation de handicap a été présenté aux organisations syndicales.

Le projet de décret passera devant le comité technique ministériel du 13 mai prochain. La FNEC FP FO votera contre ce décret.

C’est un nouveau contrat de non titulaire qui ne répond pas à notre revendication d’intégration de tous les personnels AEd et CUI dans un corps de fonctionnaire d’Etat.

l va permettre cependant une pérennisation des personnes sous forme de contrat en CDI. Mais comme les contrats peuvent être à temps incomplet (soit par exemple un SMIC à 50 %), il s’agit là plutôt d’une pérennisation de la précarité.

Les AEd qui suivaient les élèves handicapés signeront un contrat AESH. Les AEd n’auront plus comme mission de suivre les élèves handicapés (il y aura une modification en sens du décret du 6 juin 2003).
Par ailleurs, aucune précision n’a été donnée sur le nombre de postes. C’est une donnée importante, notamment pour les CUI, car si les AEd seront basculés sur les contrats AESH (et encore peut-être pas les AED qui ont moins de deux ans), les CUI ne pourront y accéder que s’il y a les postes nécessaires.

Une circulaire ministérielle est également en préparation.

Contactez-nous snudifo50@gmail.com pour recevoir les détails du contenu de ce décret :

  • bénéficiaires,
  • modalités de recrutement,
  • durée de travail,
  • rémunération,
  • formation,
  • nombre de postes

La MLDS*, poisson-pilote de la destruction des diplômes et des statuts ?

* MLDS = Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire

La FNEC-FP-FO a participé pour la deuxième fois au groupe de travail ministériel sur la MLDS
qui devait définir un « référentiel spécifique de missions/fonctions » des personnels enseignants
contribuant à la MLDS.

Le Ministère a de nouveau affirmé sa volonté de créer une nouvelle certification professionnelle
destinée « à préparer à l’exercice des fonctions ». Cette certification s’appuierait « sur le travail
de construction du référentiel, précisant notamment les compétences attendues en matière de
conseil, d’expertise et d’ingénierie de formation ».

Le ministère prétend instaurer, pour ces personnels, de nouvelles règles en matière de mobilité
qui pourraient être « une procédure de gré à gré entre académies, avec accord de l’académie
d’accueil ».

Le ministère propose également que les personnels de la MLDS soient soumis à des « lettres de
mission [établies] par le chef d’établissement » pouvant donner lieu à une reconnaissance
indemnitaire.

FO n’est demandeur ni d’un référentiel, ni d’une certification pour le décrochage scolaire qui ne
répond en aucun cas à nos revendications et concourre à l’individualisation des droits, des
affectations, des missions, des rémunérations.

Tout au contraire, pour la FNEC-FP-FO, le traitement du décrochage scolaire passe d’abord par la
diminution des effectifs par classe, le rétablissement et l’augmentation du nombre de
dédoublements, le recrutement des personnels d’éducation, d’orientation, médicaux et sociaux, le
rétablissement des RASED, la consolidation et le développement des structures spécialisées type
SEGPA et EREA.

Pour FO, l’Etat ne peut se décharger de ses responsabilités en faisant faire plus, dans un cadre
déréglementé, aux personnels.

FO a demandé lors de son audience auprès du ministre, le 24 avril, que les textes qui déclinent la
loi de refondation ne soient pas publiés et que les discussions soient réouvertes.
Pour FO, ces mesures s’inscrivent dans le détricotage du statut général et des statuts particuliers
de la fonction publique. Elles déclinent dans l’éducation nationale les 18 milliards exigés de
« réduction des dépenses » édictées par le pacte de responsabilité.


La FNEC-FP-FO appelle les personnels à se réunir ensemble dans les écoles, les
établissements et les services pour décider la grève le 15 mai 2014 et exiger :

  • le retrait du pacte de responsabilité et sa réduction de 50 milliards d’euros de dépenses publiques qui l’accompagnent,
  • l’augmentation immédiate de 8 % de la valeur du point d’indice et l’attribution de 50 points
    d’indice sur l’ensemble de la grille indiciaire,
  • le retrait des décrets modificatifs des obligations réglementaires de service des professeurs
    (décrets du 25 mai 1950, décret du 24 janvier 2013), la non publication de tous les textes qui
    réécrivent les missions des personnels.
  • le maintien du statut général et des statuts particuliers.

22 avril 2014

Le ministre veut appliquer le décret du 27 mars aux PE enseignant en SEGPA, EREA et ULIS

Le SNUDI-FO n’acceptera ni la diminution des indemnités,

ni la territorialisation des PE spécialisés de SEGPA

ni l’augmentation du temps de service.


Pour atteindre l’objectif des 50 milliards d’économies inscrits dans le cadre du pacte de responsabilité le ministre s’attaque à la rémunération et aux conditions de travail des enseignants spécialisés en remettant en cause leur appartenance au corps des PE.

Un document qui remet en cause les SEGPA …

Pour appliquer la loi d’orientation le ministère a programmé jusqu’à la fin du mois de juin une série de groupes de travail sur l’avenir des SEGPA.

Dans un document soumis aux organisations syndicales, il préconise de transformer les SEGPA en un vague dispositif sur le modèle des ULIS. Ainsi tous les élèves seraient inscrits dans une classe ordinaire du collège et pourraient «bénéficier» d’un dispositif «adapté» qui n’aurait plus rien à voir avec les «Enseignements Généraux et Professionnels Adaptés». Le document ne fait référence ni aux ateliers, ni à l’enseignement professionnel qui y est dispensé par des PLP dont l’avenir parait incertain.

… prépare la territorialisation des misions des enseignants de SEGPA, EREA, ULIS

Dans cette perspective le ministre prévoit que leurs missions et leur temps de service relèveraient du « projet de décret relatif aux obligations de service et aux missions des personnels enseignants exerçant dans un établissement public local d’enseignement ». En clair, il prétend intégrer les PE de SEGPA, d’EREA et d’ULIS dans le décret du 27 mars qui annualise le temps de services des professeurs certifiés et des agrégés.

Des PE soumis aux missions définis par le conseil d’administration des collèges

Avec le décret du 27 mars, les enseignants spécialisés exerçant en SEGPA et en EREA seraient soumis au cadre de 1607 heures de travail annuel ainsi qu’aux décisions du Conseil d’administration du collège qui pourrait leur imposer des missions définies localement par lettre de mission dans le cadre du projet éducatif de territoire (PEdT), un nombre illimité de réunions dans lesquelles pourraient être comprises les actuelles heures de coordination et de synthèse.

C’est l’illustration que le rapprochement école/collège n’est qu’un moyen de dégrader les conditions de rémunération et de travail et de remettre en cause nos garanties statutaires définies nationalement.

… et une baisse de leur rémunération de 100€ par mois

Dans ce processus, il entend modifier des obligations de service et de rémunérations des enseignants spécialisés.

Ainsi il prévoit de maintenir le service d’enseignement à 21 heures hebdomadaires tout en supprimant le paiement en heure supplémentaire des heures de synthèse et de coordination prévue par la circulaire 74-148 du 19 avril 1974. Cette mesure entraînerait une perte allant jusqu’à 200 euros par mois !

Au nom d’une harmonisation formulée dans aucune revendication, il prévoit une «revalorisation du taux de l’IS (indemnité SES) afin de consolider forfaitairement à hauteur de 900 euros dans le cadre de cette indemnité les heures de coordination et de synthèse».

Au final, les PE assurant deux heures de synthèse et coordination par semaine verraient leurs revenus diminuer de 100 euros net par mois.

Les personnels n’en veulent pas !

Les enseignants de SEGPA, d’EREA et d’ULIS veulent :

• Le maintien des SEGPA

• Aucune baisse de rémunération

• Maintien intégral des dispositions inscrites dans la circulaire de 19 avril 1974,

• Augmentation des indemnités et le versement de l’ISAE aux collègues en SEGPA et EREA.

• Les collègues en SEGPA/EREA ont 21h d’obligations de service d’enseignement + 1 ou 2 heures de coordination et de synthèse qui doivent être payées en HSE !

C’est le mandat que le SNUDI-FO opposera aux propositions du ministère dans les groupes de travail à venir.

20 mars 2014

Audience RASED le 12 février dans l'Eure: compte rendu

A l’initiative des représentants des associations des psychologues scolaires, des Maîtres E et G de l’Eure, une audience a eu lieu mercredi 12 février à la DSDEN avec l’IENA, Monsieur Gravé, Adjoint 1er degré au DASEN et l’IEN ASH Madame Meyer, audience à laquelle étaient présents les syndicats SNUDI FO et SNUIPP.

Les revendications des membres des RASED avaient été recueillies au préalable et concernaient plusieurs de leurs droits :

  • le départ en formation et la politique envisagée à leur égard par la DSDEN 27 ;
  • 
le maintien des postes de RASED et leur renforcement ;

  • la formation continue ;

  • les frais de déplacement.



L’IEN Adjoint nous a confirmé qu’il y aurait des départs en stage CAPASH en option E et G, choses qui n’étaient plus arrivées depuis 2 ans (E) et depuis 6 ans (G). En revanche, le lieu de stage ne sera pas Rouen mais pourrait être Paris, Caen ou Dreux. M Gravé entend faire partir sur 3 ans un nombre suffisant de PE afin d’avoir des RASED complets (E, G et psy) et formés.


La politique envisagée concernant les RASED s’insère dans la loi de Refondation, dont le décret sur les rythmes est un des versants, et l’IENA entend les "sanctuariser" en leur permettant de fonctionner au complet sur des zones précises, avec une priorité donnée aux zones prioritaires et aux zones rurales reculées.

L'IENA a rappelé l’importance des rééducateurs G qui avaient une fonction essentielle de prévention à l’école maternelle. De ce fait, il entend attribuer des moyens supplémentaires à l’IEN maternelle afin de mettre en place une articulation entre rééducateur G et école maternelle.


En ce qui concerne le contrôle des RASED et de leur fonctionnement, tout se ferait au niveau de la circonscription ou de bassins avec un suivi accru de l’IEN qui les pilotera et les placera "là où il faut". Y aurait-il donc des endroits qui n’auraient pas besoin du RASED ?

Dans cet ordre d’idée, les frais de déplacement seront dorénavant répartis en fonction des besoins de chacun. Il n’y aura donc plus de dotation identique pour tous. En effet, auparavant, il arrivait que des collègues se retrouvaient avec une dotation insuffisante alors que d’autres l’utilisaient à peine. L’IENA entend procéder à un rééquilibrage de celle-ci et à une meilleure répartition.

Concernant la formation continue, l’IENA a assuré qu’il accorderait les autorisations d’absence à ceux qui voudraient participer à des colloques spécifiques proposés par les associations respectives. Malgré tout, il n’a pas proposé de mettre ces formations au PAF avec des frais de déplacement statutaires, ce qui est contraire à notre droit aux 36 semaines de formation continue : la formation des personnels RASED de l’Eure ne coûte pas cher à l’EN !!!

A la CAPD du 13 mars, nous défendrons pour chaque membre du RASED le droit de bénéficier d’une formation de qualité avec des frais de déplacement.

Enfin, suite à notre intervention, il nous a assuré que les postes de RASED (occupés et vacants) ne seraient pas utilisés pour ouvrir des classes ni ne seraient fermés. 
Nous serons vigilants, au moment de la carte scolaire début avril, et nous défendrons le 7 avril toutes les ouvertures de postes nécessaires (psy, E et G) afin d’avoir un RASED complet pour 800 élèves.

Si votre poste de RASED est menacé, contactez-nous et nous vous défendrons.  

La vision de M. Gravé ainsi que le travail mené conjointement avec Mme Meyer nous amènent à penser que les orientations de la DSDEN 27 affichent une volonté de permettre aux RASED de fonctionner sur les postes existants.

Cependant, il n’est pour le moment pas question de restituer les postes fermés ces dernières années. Et la réponse de l’administration à la question de la formation continue des personnels RASED reste insatisfaisante.

Le discours a néanmoins changé de façon positive et le SNUDI FO 27 saura rappeler à l’administration les engagements pris lors de cette audience.

 

Image allongee elections 2014